Une année extraordinaire en PVT CanadaFaire un PVT au Canada ? Ouah un an ! Une année en PVT au Canada. La question que je me pose, c’est « Comment résumer une année d’aventures ? ». Une année qui a été pour moi la plus belle que j’ai vécu. Une année à la découverte de ce pays qui m’attirait depuis si longtemps et qui ne m’a absolument pas déçu.

 

 

Une année extraordinaire en PVT au Canada

Je suis rentré en Belgique depuis peu et lorsque l’on me pose LA question :

« Alors c’était bien cette année ? Raconte-nous ! »

Et bizarrement je ne sais pas quoi répondre, j’ai un blanc. 1000 informations se bousculent dans ma tête qui finissent par tout obstruer. Je suis là et je ne sais pas quoi dire. Hormis que les gens doivent se demander si j’ai un soucis en restant figé comme ça, il faut bien admettre que c’est difficile de raconter son aventure car j’ai tout simplement vécu tellement de choses incroyables.

Bien-sûr, tout le monde ne s’intéresse pas à mon aventure, même dans la famille ou des amis, mais peu importe. Il faut se dire que durant l’année où je suis parti, le monde a continué de tourner et chacun y a mené sa petite vie. Mais soit, je m’égare déjà je crois…

 

Petit à propos de mon aventure du PVT au Canada

J’ai décidé de vous raconter mon aventure du PVT au Canada de façon chronologique et j’espère sincèrement que vous franchirez le pas, vous aussi, pour partir vivre cette aventure.

Vous êtes de plus en plus nombreux à m’envoyer des messages sur les différents réseaux sociaux pour me demander des conseils, bons plans, et beaucoup me disent :

« J’ai envie mais j’ai peur »

 

Sincèrement, il n’y a pas lieu d’avoir peur. Je ne pourrai jamais vous dire autre chose que ceci :

« Vous devez y aller ! C’est juste dingue ! Franchissez le pas ! Vivez cette aventure ! Vivez-la pour vous ! Elle vous changera à jamais ! »

 

Un an… Tu te rends compte qu’en fait ça passe vite une année. Tu te dis avant de commencer :

« Un an c’est long ! J’ai le temps de profiter ! »

 

Crois-moi bien : un an c’est court, très court, et donc ça passe vite !

Tu retrouves ton petit quotidien d’avant départ mais malgré tout il y a comme un manque qui s’est créé en toi. Un manque de découvertes laissant place à l’envie pressente de repartir, de découvrir d’autres choses, de vivre d’autres aventures.

 

L’aventure d’une année

Le 6 octobre 2015, je fêtais mes 27 ans. Le lendemain, le matin du 7 octobre, je disais au revoir à ma famille pour embarquer vers ma nouvelle vie au Canada.

 

 

C’était la première fois que je quittais l’Europe. Après avoir vécu différents voyages comme mon road-trip de 40 jours, ma visite de Tchernobyl ou encore un passage par la Transnistrie, pour ne citer que ceux-là.

Il était temps pour moi de partir voir un peu plus loin du continent qui m’a vu naître. Montréal m’attendait ou plutôt l’inverse ! Dans cet avion, je me demandais ce qu’allait être mon année de PVT au Canada, je n’avais rien prévu.

J’avais des envies mais je voulais me laisser surprendre. Je savais juste qu’un ami m’hébergerait quelques jours à Montréal et je n’avais pas besoin d’en savoir plus.

Quelques jours après cette arrivée à Montréal et une première poutine, j’embarquais pour mon premier road-trip de ce long voyage et je partais à la découverte de la province du Québec. Une première voiture louée pour 11 jours et c’était parti.

 

 

Un voyage constitué des destinations : MontréalQuébec – Saguenay – TadoussacGaspésie
Je ne vous en dis pas plus car je vous écrirai un article sur ce voyage d’ici quelques temps.

 

 

Sachez juste que j’y ai parcouru de splendides routes touristiques en profitant des couleurs automnales.

Quelques jours après le retour de ce voyage, je désirais tester l’aventure du bénévolat durant mon PVT au Canada. C’est sur le site helpx que je me suis inscrit. Avant mon départ, je souhaitais pouvoir entraîner des chiens de traineau durant cette année.

 

 

J’ai donc regardé ce qu’il y avait comme annonces sur le site. Je me sentais attiré par la découverte du Yukon mais malheureusement tout était déjà occupé pour les 10 prochains mois.

Il y en avait un au Québec mais j’avais envie d’explorer une autre province après ce trip et pouvoir pratiquer l’anglais. C’est finalement vers la Saskatchewan que je me suis dirigé. Une aventure incroyable que je vous raconte dans 5 articles que je vous invite à découvrir ici.

 

 

Après six semaines là-bas, je revenais à Montréal pour quelques jours. Quelques jours ? Et oui, il ne m’en fallait pas plus pour repartir et visiter New-York.

 

 

Durant mon séjour en Saskatchewan, je m’étais réservé un voyage dans la « Grosse pomme » pour y profiter de l’ambiance de Noël. J’avais été obligé de m’y prendre un peu à l’avance pour ne pas me retrouver sans logement ou avec des prix exorbitants, surtout à cette période de l’année.

En tant que voyageur petit budget, mon hôtel à Chinatown n’était franchement pas extra mais c’était tout de même un bon compromis.

À la suite de ce voyage est venu le moment de me trouver un appartement à Montréal. J’avais toujours eu envie d’habiter dans une grande ville, et Montréal m’avait bien plu sur mes courts séjours depuis octobre. Je l’ai donc choisi.

 

 

Une fois cela trouvé, l’aventure « À la recherche d’un job » pouvait commencer. Cette aventure ne s’est pas aussi bien passée que je l’espérais. Il a été difficile de me trouver un travail malgré les nombreux CV envoyés. Je cherchais prioritairement dans mon domaine à savoir la vidéo et également des jobs comme serveur/vendeur.

Dans la vidéo, on me faisait clairement comprendre que je ne pouvais pas avoir ce job car je n’avais pas entamé de démarches pour rester au Canada. Pour l’autre type de job, on ne me donnait pas de nouvelle ou bien l’on m’a fait trainer inutilement… Il est aussi possible que je n’ai pas été suffisamment persévérant. Finalement en mars, j’ai débuté la vie de travailleur autonome.

Entre-temps, j’ai eu l’envie de découvrir l’Ontario. C’est pour cela que je suis parti en février à la découverte d’Ottawa, de Toronto et des chutes du Niagara.

Oui en gros les incontournables et ça en valait la peine. Je ne voulais pas prendre le risque de faire un voyage trop long. Tout d’abord pour l’argent et ensuite en raison de la recherche de job.

 

 

Revenu à Montréal, j’étais donc travailleur autonome en vidéo. Tout juste à temps car l’argent commençait véritablement à manquer et je ne voulais pas rentrer en Belgique de si tôt. Un ami d’une amie m’a recommandé à un client.

C’est comme ça que j’ai débuté. J’ai travaillé comme cela jusqu’à fin juillet avec des hauts et des bas. Des clients sympas et d’autres beaucoup moins qui profitait de mon inexpérience à gérer ma petite entreprise. C’est la vie…

Je n’ai pas beaucoup voyagé de janvier à juillet. Hormis le trip en Ontario et un week-end à Québec Ville en février.

Je suis également revenu 2 semaines en Belgique en avril pour pouvoir participer au salon des blogueurs voyageurs, malheureusement le décès soudain de ma grand-mère au moment de mon retour a donné lieu à des retrouvailles familiales bien tristes comme on peut le comprendre. C’était étrange de revenir après 6 mois d’aventure et de vivre un choc pareil.

Vers la mi-avril, je suis reparti à Montréal où j’ai continué d’enchaîner quelques contrats lorsqu’ils arrivaient. Ça a été une réelle difficulté de se créer un réseau dans ce domaine sans connaître personne du domaine sur place en arrivant.

 

 

Le temps a alors passé, j’ai profité du printemps et de l’été montréalais. Cette ville si agréable à vivre. Puis plus tard est venu l’un des moments que j’attendais le plus. Je voulais découvrir l’ouest canadien plus que tout. C’était un de mes grands souhaits.

 

 

Pendant ce PVT au Canada, je suis parti tout le mois d’août à la découverte de cette partie du pays. Le 6 août, je m’envolais de Montréal pour Victoria sur l’île de Vancouver en Colombie-Britannique.

J’en ai pris véritablement plein les yeux à de nombreuses reprises tant les paysages et ce que la nature m’offrait était incroyable. J’ai notamment eu l’occasion de vivre un voyage en hélicoptère au-dessus des Rocheuses. Plusieurs semaines après cela, je n’en reviens toujours pas d’avoir vécu quelque chose comme ça.

 

 

En Colombie-Britannique, j’ai parcouru l’île de Vancouver, la ville de Vancouver, le parc provincial de Wells Gray et le parc national Yoho. En Alberta, les parcs nationaux de Banff et de Jasper ainsi que la ville de Calgary.
Une chose était sûre, je désirais passer le maximum de temps dans les parcs nationaux de Banff et Jasper durant ce voyage.

 

 

J’étais revenu à Montréal depuis Vancouver à Toronto grâce au célèbre train Le Canadien ainsi qu’avec un bus de Toronto à Montréal.

 

 

Début septembre 2016, J’étais à Montréal pour le dernier mois de mon aventure de ce PVT au Canada. J’ai tenté de faire les dernières choses que je désirais avant le départ comme monter à la tour de l’horloge dans le Vieux-Port, manger chez le célèbre restaurant hébraïque Schwart’z, visiter le musée de la ville de Montréal

Au début, lorsque l’on vient habiter à Montréal, on se dit que l’on aura bien le temps de faire tout ce que l’on désire ! Mais le temps passant, on se retrouve avec beaucoup de choses à faire sur la fin.

Je n’avais plus que deux semaines sur place mais avant de quitter le Québec, j’avais le souhait de visiter le parc national de la Mauricie et le parc national de la Jacques-Cartier. J’y ai vécu 3 jours de randonnées extraordinaires.

J’ai profité d’un joli début d’automne mais je ne pouvais pas voir les forêts teintées de rouge, jaune et orange comme la dernière fois à la mi-octobre 2015, la saison n’étant pas encore assez avancée.

 

 

Après ce séjour, il ne me restait que quelques jours avant de quitter Montréal. Assez triste de la quitter, je lui en ai écrit une lettre d’amour afin de ne jamais l’oublier.

6 octobre 2016, 28 ans, l’avion décollait à 23 heures. J’ai repoussé mon départ de ce pays au plus loin qu’il m’était possible, je terminais cette aventure unique.

 

Je pense y être arrivé et donc voilà comment je résumerais mon année de PVT au Canada. L’année la plus belle de ma vie. J’ai évidemment oublié de mentionner plein de choses tant il y a à dire mais en voici les grandes lignes.

 

Avez-vous eu l’occasion de faire un PVT au Canada ? Si oui, qu’y avez-vous fait de plus fort ? Si non, souhaitez-vous en faire un après cette lecture ?

 

Vous pourriez aussi aimer :

Pin It on Pinterest

Share This