Lettre d'amour à MontréalÉcrire une lettre d’amour à Montréal. Écrire une lettre d’amour à une ville !

Ma lettre d’amour à Montréal

« Montréal ma belle,

Au jour de mes 28 ans, je t’écris cette lettre si particulière à cette période où les arbres se colorent avant de se dénuder pour l’hiver. Tes rues sont parsemées de multiples couleurs jaunâtres et rougeâtres. Un mélange de couleurs à l’image de cette ville.
Montréal tu es la ville qui m’a accueillie, la ville dans laquelle j’ai vécu 8 mois de ma vie.

 

 

Tu as été mon point de chute lorsque je suis arrivé avec mon PVT en poche. Durant l’année que je viens de vivre au Canada, même en partant à gauche et à droite, que ce soit dans l’ouest canadien, en Saskatchewan ou en Ontario, je suis toujours revenu vers toi jusqu’à m’y installer.

Durant 8 mois, j’ai pu te découvrir. J’avais envie d’y habiter et de vivre chez toi. Cette envie s’est concrétisée et a été juste incroyable. Habiter une grande ville est ce que je voulais. Habiter Montréal m’a comblé. J’ai tellement adoré ces moments auprès de toi.

 

 

Comment ne pas penser à tes hivers froids en pensant à toi ? Avant toi, je détestais la neige ! Je me suis surpris à l’aimer (même si beaucoup de tes habitants ne l’aiment pas ici) ! J’ai aimé voir ces jolis petits écureuils déambuler à travers la ville, dont mon cher Norbert. Oui j’ai donné un nom à l’écureuil que j’ai vu presque chaque jour sur l’arbre devant ma fenêtre alors que je pianotais sur mon clavier ou montais des vidéos.

 

 

J’ai marché sur le Mont-Royal aux 4 saisons. J’y ai vu des ratons-laveurs, j’ai assisté à un lever de soleil en hiver par -25°C ressentie -41°C et l’été j’y ai même écouté un orchestre philharmonique sur ton belvédère.

 

J’ai grimpé au sommet de la tour de l’horloge et j’ai déambulé dans le vieux-port et les rues du vieux Montréal.
J’ai mangé la célèbre poutine à la banquise.
Je suis allé tant de fois au parc Jean-Drapeau, au parc Jarry et à de nombreux autres parcs dont tu regorges. Les espaces verts que tu possèdes sont si fantastiques.
J’ai aimé découvrir le festival mural avec des imposantes fresques.
J’ai adoré ton festival de feux d’artifices durant le mois de juillet, que j’ai pu admirer à plusieurs reprises depuis le pont Jacques-Cartier.

 

 

Tu es une ville qui ne dort jamais. Quelque soit la période de l’année, tu as toujours quelque chose à offrir. Des festivals par-ci en hiver et des festivals par-là en été et pas seulement dans le domaine de la musique.

Ton métro que j’ai pris 100 fois a permis de m’emmener à travers différents lieux de ta jolie ville. Il m’a été bien utile lorsque j’ai décidé de te mettre en image avec mes hyperlapses en hiver et en été.

Qu’est-ce que je retiendrai de toi ? Une ville accueillante où la multiculturalité est un plaisir, où personne ne se regarde véritablement de travers ou ne se juge, où tout le monde s’accepte et se respecte.

Une ville où les gens se mettent en file indienne en attendant le bus ! Une ville où les gens s’écartent des portes du métro pour laisser sortir le monde avant d’y entrer ! Une ville où j’ai vu 1000 visages différents, où j’ai entendu 100 langues différentes, où j’ai mangé tant de cuisines d’ailleurs, et où j’ai eu l’impression de voyager tout en restant simplement chez toi.

 

 

J’ai vécu tant de choses, et désormais, il est temps pour moi de partir, de retourner sur mes terres natales avec un sentiment partagé. À la fois mêlé de joie à l’idée de retrouver les miens et les bonnes frites belges, et bien sûr à la fois de tristesse à l’idée de ne plus m’éveiller le matin à tes côtés.

Il est certain que je reviendrai un jour, sans doute comme touriste, ou peut-être plus qui sait. Mais je reviendrai te dire bonjour, te saluer avec la joie et le bonheur que tu m’as offert durant 8 mois.

Je suis proche de te quitter, plus que quelques heures pour m’envoler. Je regarde les gens passer dans cet aéroport, je m’apprête à monter dans un avion direction l’Europe, direction ma chère Belgique, direction Bruxelles.

Montréal, je t’ai aimé et je t’aime encore plus. Tu auras su me conquérir comme peu de villes ont pu le faire. Montréal, je te quitte bientôt mais je ne t’oublie pas ! »

 

Jérôme
Un admirateur pas secret du tout

06 octobre 2016, 18h00
Ma lettre d’amour à Montréal

 

À lire également en plus de ma lettre d’amour à Montréal si vous venez dans cette ville en PVT :

Pin It on Pinterest

Share This