650 km à pied sur le RAVeLDurant 10 mois, j’ai randonné sur le RAVeL. Entre deux voyages à l’étranger, il me fallait venir marcher en Belgique, et découvrir ces sentiers de Wallonie sur lesquels j’ai parcouru 650 km.

 

 

650 km à pied sur le RAVeL – Quand ? Comment ? Où ? Pourquoi ?

Tant de questions, je le comprends. J’ai décidé de clôturer mes randonnées sur le RAVeL et ses extensions après en avoir parcouru 650 km. C’est vrai, j’ai l’envie de passer à d’autres projets mais je dois avouer que j’ai adoré (presque) chaque seconde sur mes sessions de RandoRavel.

C’est de la mi-septembre 2018 à la mi-juillet 2019 que je me suis offert ce plaisir de la marche dans ma belle région du plat pays : ma Wallonie adorée.

Après 10 mois, c’est donc 650 km que j’ai accompli en marchant en Wallonie (mention dans l’ordre que je les ai effectué) :

 

Dès lors, ce sont 14 articles que vous pouvez à présent retrouver sur mon blog. 14 itinéraires que vous pouvez parcourir à pied ou bien à vélo. Vous y trouverez à la fois des anciennes lignes de chemin de fer et des chemins de halage. 

Si vous le souhaitez, vous pouvez également lire l’article que j’avais écrit pour les 333 km que j’avais parcouru à l’automne 2018. À l’époque, je ne pensais même pas marcher davantage sur le RAVeL.

 

Où marcher en Wallonie ? Mes sessions sur les sentiers RAVeL

Pour éviter de me répéter à propos de mes 333 premiers kilomètres sur le RAVeL, je vous invite à lire l’article. Si pas, je vais résumer un peu en quelques lignes.

Mon souhait, aux premiers abords, était de découvrir le RAVeL à proximité du lieu où j’avais grandi et de la ville où je suis né. Ce RAVeL de Namur à Charleroi m’a offert le désir de découvrir ma Wallonie. Honnêtement, à l’époque, je me pensais totalement incapable d’accomplir ce que j’ai accompli. Je suis heureux de m’être prouvé le contraire car un grand souhait refaisait surface : partir plus loin, plus longtemps, seul en trek ! J’en reparle plus bas dans l’article.

Tout cela, c’est alors soudainement enchaîné avec quelques folies : des randonnées de 35 à 45 km à la journée, où avec avec les heures hivernales, je terminais régulièrement celles-ci à la lampe frontale durant 1 à 2 heure(s).

Le froid devenant de plus en plus présent, j’ai alors stoppé à 333 km. Bon ok, le 333, c’est pour la forme ! Dans les faits, j’étais un peu plus au-dessus.

Comme je le disais plus haut, je ne pensais plus marcher après l’automne 2018. J’ai laissé l’hiver filer, excepté pour une session de La Louvière à Thuin en 30 km, sous un ciel gris, et qui m’a finalement rendu malade. Ce n’était assurément pas une bonne période pour moi.

J’ai donc patienté un peu et je me suis concentré sur ma 4e année de blogging et l’envie d’écrire de nouveau 30 articles en 30 jours sur le blog. Un défi relevé haut la main pour la seconde fois.

Je suis alors parti à Val Cenis pour assister à La Grande Odyssée, une course de chiens de traineau sur laquelle je rêvais de me retrouver depuis plusieurs années. Puis, je suis parti pour un joli voyage au Portugal et pour un voyage à Rotterdam. 

Fin mars, j’ai repris la randonnée en allant de Châtelet à Mons avec l’objectif de marcher 75 km en 3 jours. Il s’en est suivi ma participation au Salon des Blogueurs de Lille en avril avant d’attendre les mois de mai, juin et juillet pour randonner au maximum sur le RAVeL et mettre un terme à cette aventure.

C’est alors que j’ai enchaîné, entre deux sessions de forte chaleur ou de pluie, mes 8 randonnées. Allant de Mons à Lille en passant par Tournai, de Bruxelles à Chimay en passant par La Louvière et Thuin. Tout cela me motivait, mais petit à petit, je commençais à m’en lasser, à en avoir fait le tour… Car, il faut le dire, finalement les RAVeL (à quelques exceptions près) se ressemblent tous beaucoup.

J’en ai profité pour ramasser les nombreux déchets que je trouvais sur mon chemin et tenter de sensibiliser à cette problématique sur les réseaux sociaux et dans la presse.

Avec l’absence de dénivelé sur le RAVeL, j’ai privilégié les étapes plus longues, allant de 20 à 45 km par jour. Cela a engendré différentes souffrances et il me fallait trouver un rythme adapté à mon corps, celui-ci n’étant pas tout à fait opérationnel en tout point. J’ai remarqué que d’enchaîner des étapes de 20 km par jour me permettait plus facilement de randonner durant 3 ou 4 jours. Je suis même allé jusqu’à 110 km de randonnée en 4 jours en me sentant très bien. Cela était bien plus convenable qu’une grosse session de 45 km qui ne me permettait pas tout à fait d’en enchaîner une seconde le lendemain.

Durant mes différentes sessions RAVeL, je prenais plaisir à les prolonger vers la France afin de découvrir les Voies Vertes. Je n’ai aucun regret de l’avoir fait car j’ai été agréablement surpris de certaines portions.

650 km, c’est hallucinant quand j’y pense. J’ai parcouru les chemins de Wallonie durant 24 journées de randonnées sur ces quelques mois. Finalement, 24 jours sur 10 mois, ce n’est pas tant que ça. Cependant, c’était une belle façon de profiter de ma région.

Ma Wallonie, je l’aime et je continuerai à la découvrir davantage, mais peut-être sous d’autres formes.

 

Pourquoi randonner sur le RAVeL ?

Cette question, vous vous la posez sans doute. Quel est le but derrière tout cela ? Au fil des randonnées, mon souhait ne se limitait plus à la découverte de la Wallonie, il devenait une façon de mieux comprendre mon corps, de le maîtriser et de surtout l’écouter. 

Au fil des kilomètres, un rêve secret s’est éveillé : réaliser mon premier trek !

J’ai toujours eu envie de pouvoir en faire un mais nous ne naissons pas tous avec les mêmes chances lors de la conception du corps et cela peut être déprimant. 

En tout les cas, il devenait de plus en plus clair que je voulais partir plus loin et seul. Dernièrement, j’ai abordé ce projet sur mes réseaux sociaux : Kungsleden. En effet, à la mi-août 2019, je partirai pour 6 semaines dont 30 jours de randonnée en solo sur un trek de 430 km en Laponie Suédoise. C’est un rêve qui se prépare avec beaucoup d’attention lorsque l’on a jamais fait un trek auparavant. J’ai hâte d’y être, hâte de passer toutes mes nuits en tente, d’apprendre à me débrouiller encore plus… D’un côté, ce sera une belle façon de fêter cette 30e année d’existence sur notre planète. Je rentrerai en Belgique quelques jours avant mon 31e anniversaire avec peut-être un sentiment de victoire et des envies encore plus grandes. Ou bien, peut-être que tout cela ne me plaira pas, mais comment le savoir sans le vivre ?

 

Comment randonner sur le RAVeL ?

C’est très simple de rejoindre les différentes gares en Wallonie. Il sera également utile de s’orienter vers le bus lors de certains RAVeL, les gares n’existant tout simplement plus dans certains villages.

Depuis les gares principales des différentes portions, le RAVeL n’est quasi jamais loin. En moyenne, 1 km mais cela peut aller jusqu’à 3 km.

Sur certaines étapes du RAVeL de 25 ou 35 km, la gare de la ville au milieu du sentier peut être éloignée et se retrouver à 6 km de là. Ce qui fait 12 km aller-retour pour retrouver le sentier. À ce moment-là, je préfère largement marcher les 12 km sur le sentier et prolonger de quelques kilomètres pour terminer l’étape complète.

 

Où randonner sur le RAVeL en Wallonie ?

Je vous fait un résumé des RAVeL sur lesquels j’ai eu l’occasion de marcher. Vous pourrez vous y faire une petite idée en terme de kilomètres sur les différentes étapes. 

Il existe 9 itinéraires régionaux en Wallonie. Cependant, certains sont des Véloroutes et donc non adaptés aux randonneurs. Tandis que le RAVeL W8 est toujours en phase de construction, et ce, pour encore plusieurs années. Cela me fait plaisir de voir que le RAVeL, ce beau réseau de voies lentes, continue de se développer en Wallonie.

Voici les quelques pistes pour vos futures randonnées en Wallonie et que j’ai eu l’occasion d’accomplir (j’y ajoute également entre parenthèses mes prolongements internationaux).

Le RAVeL W3 – La Véloroute des Carnavals se fait en 3 étapes :

  • (Bruxelles à Tubize en 22 km)
  • La première allant de Tubize à La Louvière en 35 km
  • La seconde de La Louvière à Thuin en 30,5 km
  • La dernière de Thuin à Chimay en 40 km

 

Le RAVeL W4 – Canaux, fleuves et rivières se fait en 6 étapes :

  • (Lille à Leers-Nord en 25 km)
  • La première allant de Leers-Nord (Estaimpuis) à Tournai en 23 km
  • La seconde de Tournai à Péruwelz en 22 km
  • La troisième de Péruwelz à Mons en 30 km
  • La quatrième de Mons à La Louvière en 19 km
  • La cinquième de La Louvière à Charleroi en 45 km
  • La sixième de Charleroi à Anhée en 49,5 km

 

Le RAVeL W5 – D’une Vallée à l’autre se fait en 3 étapes :

  • La première allant de Hoegaarden à Namur en 40 km
  • La seconde de Namur à Dinant en 28 km
  • La dernière de Dinant à Givet (France) en 23 km

 

Le RAVeL W6 – Au fil de l’eau se fait en 5 étapes :

  • La première allant de Chaudfontaine à Huy en 43,5 km
  • La seconde de Huy à Namur en 32,5 km
  • La troisième de Namur à Charleroi en 47,5 km
  • La quatrième de Charleroi à Thuin en 21 km
  • La cinquième de Thuin à Erquelinnes en 19,5 km
  • (Erquelinnes à Maubeuge en 13 km)

 

Le RAVeL de la Meuse à Vélo, qui peut bien entendu également se pratiquer à pied, se fait en 5 étapes :

  • La première allant de Givet (F) à Dinant en 24 km
  • La seconde de Dinant à Namur en 28 km
  • La troisième de Namur à Huy en 31 km
  • La quatrième de Huy à Liège en 39 km
  • La cinquième de Liège à Maastricht (NL) en 25 km

 

Si vous souhaitez parcourir les RAVeL de Wallonie, vous pouvez assurément y vivre de belles aventures sur plusieurs itinéraires régionaux, à savoir :

  • W1 : Entre Dendre et Hauts-Pays – De Grammont/Geraardsbergen aux Honnelles / 71 km
  • W2 : La Véloroute de la Bière – De Braine-l’Alleud/Waterloo à Aix-la-Chapelle/Aachen (Allemagne) / 177 km
  • W3 : La Véloroute des Carnavals – De Tubize à Chimay / 111 km
  • W4 : Canaux, fleuves et rivières – De Leers-Nord à Anhée / 188 km
  • W5 : D’une vallée à l’autre – De Hoegaarden à Givet (France) / 91 km
  • W6 : Au fil de l’eau – De Chaudfontaine à Erquelinnes / 164 km
  • W7 : Sur la route des Ardennes – De Lanaye à Bouillon / 207 km
  • W8 : … (À venir) …
  • W9 : La Véloroute grandeur Nature – De Raeren à Martelange / 157 km

Pour en savoir plus, visitez le site RAVeL et Véloroutes, c’est là que j’ai pu trouver quelques infos sur mon parcours.

Il existe également certains RAVeL qui ne font pas partie d’itinéraires régionaux et que vous pouvez tout à fait parcourir.

 

Donner un TOP 5 de mes RAVeL

Alors, sur 650 km, vous vous dites que je dois bien avoir quelques préférences ! Et bien, oui…

Si je devais faire un Top 5 de mes sessions sur le RAVeL en Wallonie, qu’est-ce que ce serait ?

  • De Landelies à Erquelinnes via le RAVeL de Sambre (La Haute-Sambre)
  • De Dinant à Namur via le RAVeL de Meuse
  • De Tournai à Estaimpuis via le RAVeL du Canal de l’Espierres et de l’Escaut
  • De Thuin à Chimay via le RAVeL de la Ligne 109/2
  • De Visé à la frontière vers Maastricht via la Meuse à vélo

 

Avez-vous déjà eu l’occasion de découvrir des portions de RAVeL ? Si oui, lesquelles ? À vélo ou bien à pied ? Et si ce n’est pas le cas, cet article vous donne t-il envie de tenter l’aventure ?

Pin It on Pinterest

Share This