Assister à la grande odyssée savoie mont blanc - courses de chiens de traineauEnvie d’assister à La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc ? J’ai eu l’occasion de vivre l’une des étapes de cette grande course de chiens de traineau et je vais vous en parler dans cet article.

 

 

Assister à La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc – Un rêve de voyageur

Pour bien débuter l’article et vous mettre dans le contexte, je vais vous parler de cette course en quelques mots. Il s’agit tout simplement d’une course de chiens de traîneau ayant lieu chaque année en Haute-Savoie et en Savoie. 

Du 12 au 23 janvier 2019, cette course fondée par Nicolas Vanier et Henry Kam fêtait sa 15e édition et c’est à l’une des étapes de cette édition que j’ai eu l’occasion d’assister.

Vous souvenez-vous du moment dans votre vie où vous avez ressenti une émotion si intense ? Le moment où vous aviez les yeux pétillants à vous en décoller la rétine avec cette impression de vivre un rêve éveillé ? Et bien, c’est ce que j’ai vécu en assistant à cette course et en réalisant ce rêve de voyageur que j’avais depuis longtemps.

 

Vocabulaire

Avant d’aller plus loin, je souhaite éclaircir quelques termes. Voici donc un petit glossaire des termes utilisés dans l’article et dans le milieu du chien de traîneau pour bien comprendre ce qui va suivre.

  • Musher : le musher est le conducteur du traîneau. Il s’agit de la personne qui donne les ordres aux chiens.
  • Handler : l’handler est la personne qui assiste le musher, que ce soit à l’entraînement ou dans le soin apporté aux chiens.
  • Attelage : ce sont les chiens qui composent l’équipe du traîneau.
  • Dog drop : l’endroit où il est possible d’avoir l’assistance d’un vétérinaire en cas de besoin. C’est également le lieu où il est possible de « dropper » le chien.
  • Dropper : le fait de laisser un chien, en cas de blessure ou de fatigue, lors d’un arrêt dédié.

 

5 termes qui suffiront pour la compréhension de l’article et du domaine, même s’il en existe d’autres plus techniques.

 

C’est quoi La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc ?

Je vous en donnais quelques mots en début d’article mais je me dois d’aller plus loin. 

Cette course traverse les massifs alpins sur 9 étapes, durant 12 jours, et passe au cœur de 20 stations. Il s’agit avant tout d’une compétition sportive et d’un évènement annuel important du chien de traineau en Europe. D’ailleurs, La Grande Odyssée, c’est la course à étapes la plus exigeante et qui se vit dans un décor alpin unique au monde.

Pour la 15e édition, cette course a eu l’occasion d’évoluer et de voir de nouvelles choses arriver. Celle-ci va continuer d’évoluer sur les prochaines années.

 

Les différentes courses et trophées

En 2019, lors de ma venue, deux catégories étaient proposées aux mushers de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc, à savoir :

  • OPEN – Attelage de 12 chiens
  • LIMITED – Attelage de 8 chiens

 

En plus de cette grande course, il existe trois autres Trophées :

  • Trophée Région Auvergne Rhône-Alpes
  • Trophée Croquetteland
  • Trophée Ski-joëring

 

Les deux premiers sont des Trophées à remporter sur des courses de 3 jours. Pour un musher, le fait de participer à une plus petite course est l’occasion de se tester, de voir si son attelage fait le poids et si ensemble ils sont capables d’arriver au bout de cette course. Bien souvent, c’est un bel exercice avant d’envisager la grande course sur 12 jours pour l’année suivante.

Les mushers participant aux Trophées courent sur les mêmes pistes que les mushers de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc.

Cette année voyait également le jour du Trophée ski-joëring. Le ski-joëring est un sport canin permettant à un skieur de fond de glisser sur la neige en compagnie de son chien. Le trophée ayant lieu le lendemain de mon retour, je n’ai pas pu y assister mais j’ai eu l’occasion de voir certaines personnes s’entraîner durant mes balades en Haute-Maurienne.

 

La course principale

Concernant l’itinéraire de la course principale, l’étape 1 a débutée au Praz de Lys Sommand pour se finir par l’étape 9 à Bonneval-sur-Arc. Juste de quoi vous donner une petite idée de la distance : le tout se fait sur 390 km pour 13 000 m de dénivelés positifs. Il faut s’accrocher pour arriver au bout de ce parcours. 

La Grande Odyssée est une aventure à la fois belle et à la fois difficile physiquement parlant mais c’est avant tout l’occasion de partager la passion d’un musher en pleine action.

Cette course rassemble tout de même 50 000 spectateurs chaque année, pour le bonheur des petits comme pour celui des grands. C’est un moment magique où l’on se rend compte de cet amour si puissant entre un musher et ses chiens.

J’imagine que vous êtes d’accord avec moi sur ce propos : les Alpes sont belles ! Alors qu’elle pourrait être la meilleure manière de la parcourir qu’avec ses chiens. Cette année, il y avait près de 40 équipes pour 400 chiens, je vous laisse imaginer ce que tout cela représente.

 

Entrons dans les coulisses de La Grande Odyssée

La Grande Odyssée, c’est bien plus qu’une simple course de chiens de traineau. Aux premiers abords, on ne s’imagine pas l’organisation que cela peut demander et comment se gère tout le fonctionnement général d’un tel évènement.

Annabel Lascar-Kam, fille du fondateur Henry Kam, a repris les rênes de cette course lors de la 14e édition suite au décès de son père. Elle est présente aux départs et aux arrivées pour les mushers, elle s’occupe de l’organisation avec une centaine de bénévoles, ce n’est clairement pas de tout repos mais c’est réussi avec brio.

J’ai eu l’occasion d’assister à un briefing donné par les officiels de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc (Annabel Lascar-Kam – Directrice générale / Thibaut Branquart – Directeur sportif / Camille Genieux – Responsable des opérations / Claude Borgey – Juge / Sandrine Pezard-Van Parijs – Chef vétérinaire) aux mushers d’une course de 3 jours (le Trophée Croquetteland). Participer à ce briefing m’a permis de me rendre compte à quel point tout était pensé de A à Z.

Avec tout cela, j’ai réalisé à quel point les chiens sont aux petits soins. Durant une étape, un musher a la possibilité de dropper ses chiens qui sont fatigués ou blessés. C’est-à-dire de laisser son chien à un endroit précis qui est déterminé, un check point. Cependant, il a l’obligation de transporter un chien fatigué ou blessé dans son traineau tant qu’il n’est pas sur un lieu où le « drop » est autorisé.

Il y a plusieurs vétérinaires sur cette course avec chacun ses spécificités. Ils disposent d’un matériel de pointe permettant de faire différents examens (Echographie – Laboratoire d’analyse – Biochimie – Radiographie numérique). Ils s’assurent que seuls les chiens en parfaite santé puissent continuer la course. Il n’est pris aucun risque car la vie et le bien-être du chien est la priorité absolue.

Durant toute la course, une équipe de 16 vétérinaires (8 vétérinaires expérimentés, 4 étudiants vétérinaires permanents et 4 en soutien pour les contrôles pré-course) sont mobilisés pour être aux petits soins avec les 400 chiens. Il faut savoir qu’un vétérinaire a la possibilité de sanctionner, et même d’exclure, un musher qui n’aurait pas pris soin de ses chiens. C’est quelque chose que je souhaite vraiment mettre en avant dans cet article, en tant qu’amoureux des animaux, c’est un point auquel je prête beaucoup d’attention et je tiens à vous rassurer : on ne rigole pas avec la santé des chiens sur La Grande Odyssée.

Sur cette course, la sécurité n’est pas réservée uniquement aux chiens. En effet, un musher a l’obligation d’avoir un certain nombre d’équipements avec lui comme un détecteur de victime en avalanche, une balise GPS et des couvertures de survies. Cela reste la montagne, elle peut être imprévisible et dangereuse. D’ailleurs, l’ensemble de ces équipements sont contrôlés avant le départ de chaque étape sur l’entièreté des attelages.

 

Mon aventure sur La Grande Odyssée avec les chiens

En ce début d’article, je vous ai parlé de ce qu’était vraiment La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. Dans cette partie, je ne vais pas vous parler de toutes les étapes vu que je n’ai assisté qu’à l’étape 7a. Cette étape allait de Val Cenis Lanslebourg jusqu’au Col du Mont-Cenis à la Base Polaire. C’était une étape intense de 49 km.

Durant mon séjour en Haute-Maurienne, j’ai eu l’occasion de tester différentes activités comme de la randonnée avec raquettes accompagné d’une guide en montagne, du parapente ainsi que de me glisser dans un traineau pour une petite balade avec des chiens.

Assister à La Grande Odyssée dans les Alpes, c’est assurément l’occasion de pouvoir vivre des belles expériences dans un cadre enchanteur.

Si vous me suivez depuis plusieurs années, vous savez que j’ai eu l’occasion d’entraîner des chiens de traineau en 2015 lorsque je vivais au Canada. J’étais alors au beau milieu du pays avec 42 chiens et une famille extraordinaire qui me partageait sa passion. Depuis lors, je souhaitais plus que tout assister à une grande course de chiens de traineau.

Je me suis rendu en Haute-Maurienne afin d’assister à La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc, et pendant un week-end, j’ai vécu un rêve éveillé en assistant à l’une des plus belles étapes du parcours.

La Grande Odyssée a débuté pour moi le samedi 19 janvier à midi où j’ai pu partager un repas avec l’équipe organisatrice de La Grande Odyssée. L’occasion de poser toutes mes questions sur cette grande course et ensuite d’assister à une réunion sur le lancement d’une course en 3 étapes.

En après-midi, je me suis d’abord rendu sur le parking des mushers afin d’observer les préparatifs. Ensuite, vers 16h45, les premiers départs ont eu lieu. Depuis ma chambre, j’avais cette vue là ! Je pouvais donc observer directement le parking des mushers. Je suis accrédité par La Grande Odyssée pour cette journée et je peux donc accéder à certains lieux privilégiés comme celui-ci.

Sur la ligne d’arrivée, ils partent un à un, laissant ainsi un peu de distance entre les différents attelages. Ils peuvent bien entendu se dépasser car il faut tout de même être le plus rapide pour remporter l’étape et ultérieurement la course. Le tout est chronométré à la seconde près pour chaque musher.

Avant chaque départ, les Handlers préparent les chiens et vérifient que tout est prêt pour le départ. C’est l’occasion d’assister à ce qui s’appelle le « Will To Go » des chiens, ils ont cette envie de partir courir. Ce n’est pas une obligation pour le chien, il indique très clairement son impatience de partir à l’aventure. Pour le chien, le Will To Go, c’est l’envie d’y aller. C’est un magnifique moment auquel j’ai pu assister à plusieurs reprises. Assister à tout cela me rappelait sans cesse tout ce que j’ai pu voir et apprendre sur la manière d’entraîner un chien de traîneau en 2015. Ils tirent et veulent avancer, ils trépignent d’impatience, et d’un coup, lorsque le départ sonne… la magie opère et ils donnent tout.

C’est après tous les départs, vers 19h, que j’ai eu l’opportunité de me rendre à la Base Polaire. Nous quittons alors Lanslebourg-Mont-Cenis à 1400 m d’altitude et prenons un télésiège pour aller à 2000 m d’altitude à la Base Polaire. Cette partie n’est pas accessible au public, je me sens privilégié et honoré de pouvoir me rendre là-bas. Je suis accompagné de l’équipe organisatrice de La Grande Odyssée et nous marchons durant 15 minutes pour atteindre un refuge au Col du Mont Cenis. 

Là-haut, j’ai la chance d’assister à l’un des plus beaux moments : l’arrivée des mushers à la Base Polaire par -20°C. Sur d’autres étapes, le public peut assister aux arrivées.

Au loin, nous voyons les lampes des mushers fendrent l’obsucrité de la nuit. Les premiers approchent. Je m’approche pour admirer les premiers attelages qui viennent de parcourir près de 50 km sur cette étape.

Le musher s’assure directement que les chiens vont bien. Ils les récompensent d’un snack, et d’une bonne caresse, avant de partir vers le campement pour ce soir. En effet, sur cette 7e étape de la course, durant la nuit de l’étape 7a et 7b, un bivouac a lieu à la Base Polaire.

Ce campement, qui se trouve donc à 2000 m d’altitude face au lac gelé du Mont Cenis, accueil les mushers et leurs chiens. Ils se préparent à passer la nuit là-haut et les chiens ont de la paille pour se tenir au chaud. Il faut savoir que ce sont des races de chiens nordiques et qui gèrent très bien les températures plus froides. Ils ont un poil plus épais et une couche de gras sur la peau et qui les protègent en plus de la paille.

Je quitte la Base Polaire vers 23h en étant heureux d’avoir pu vivre ces beaux instants. J’en ai même du mal à trouver le sommeil tant je repense à tous ces instants. Le lendemain, je pratique quelques activités avant de terminer mon week-end en Haute-Maurienne.

Que ce soit avant mon arrivée ou pour les étapes qui s’en sont suivies, j’ai suivi intensément la page Facebook de La Grande Odyssée, j’appréciais le fait qu’ils proposent quasiment à chaque étape un direct et un résumé de l’étape.

En plus, la 9ème et dernière étape de la 15e édition de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc était intense. En effet, elle rassemblait les mushers sur une longue ligne avec un départ au même moment. J’aurais beaucoup aimé assister à cet instant magique. Qui sait, peut-être lors de la 16e édition.

 

Vainqueurs de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc 2019

Après 2016 et 2018, le français Rémy COSTE signe sa 3e victoire sur La Grande Odyssée dans la catégorie OPEN. Il est l’une des figures incontournables de cette grande course de chiens de traineau dans le massif des alpes. Il est suivi par l’espagnol Iker OZKOIDI à la seconde place et par la norvégienne Sissel WOLF MØLMEN à la troisième place. COSTE et OZKOIDI sont à peine distancés d’1min44, on peut dire que cela s’est joué de peu.

Quand à la catégorie LIMITED, c’est le russe Alexander STOLYAROV qui remporte cette 15e édition avec une avance de plus de 4 heures. Il est suivi par deux français, Tommy CERF à la seconde place et par David PASSY à la troisième place.

Concernant le nouveau trophée de cette 15e édition, le Trophée Ski-Joëring, c’est le russe Aleksandr LUPANOV qui l’emporte. Il est suivi par la Suisse Violaine GRAU et par le français Madani ABDERRAHIM.

 

Lire Nicolas Vanier

Si comme moi, vous avez la passion du chien de traîneau et des aventures autour de ce domaine. Je vous conseille vivement de lire les livres de Nicolas Vanier. Il a parcouru des milliers de kilomètres avec ses chiens, et ce, à travers de nombreux pays. Lire ses récits, c’est comme embarquer avec lui en un instant sur les pistes enneigées du monde entier.

 

La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc 2019 en vidéo

Suite à mon séjour en Haute-Maurienne et à ma découverte de l’étape 7a de La Grande Odyssée, j’en ai réalisé une vidéo sous forme de vlog que je vous invite à découvrir ci-dessous.

 

 

Et c’est sur cela que je finirai : pour moi, La Grande Odyssée, c’est avant tout une histoire d’amour entre l’homme et ses chiens. 

 

Avez-vous déjà eu l’occasion d’assister à une étape de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc ? Souhaitez-vous découvrir cette course lors d’une prochaine édition ?

 


Merci à Savoie Mont Blanc, à La Grande Odyssée et à la Haute Maurienne Vanoise d’avoir rendu ce rêve possible. J’ai été invité par ces organismes pour ce week-end mais je reste bien entendu libre de mes propos.

Pin It on Pinterest

Share This