Faire le Ravel Liège à MaastrichtJ’aime beaucoup marcher en Wallonie mais pour la première fois, je prends une portion du RAVeL qui quitte cette région de la Belgique. Après avoir relié Namur à Liège en 70 km, je me dirige vers Maastricht aux Pays-Bas.

 

 

Parcourir le RAVeL de Liège à Maastricht

Le RAVeL de Liège à Maastricht fait partie du prolongement du RAVeL « La Meuse à Vélo » allant de Givet à Maastricht, donc de la France aux Pays-Bas et divisé en 5 portions sur 147 km :

 

Mon carnet de voyage sur le RAVeL Liège-Maastricht

Mardi, j’ai réalisé la portion Namur-Huy dont une partie en compagnie d’Ophélie, une lectrice du blog que j’avais interviewé sur son Erasmus en Lituanie. Vendredi, je suis allé de Huy à Liège. Aujourd’hui, je pars de Liège à Maastricht avec Blandine, une blogueuse voyage sur Mille découvertes sur 4 roulettes qui se déplace en fauteuil roulant.

Je marche de chez moi jusqu’à la gare, il fait bien froid ce matin. Dans ma tête, mon train est à 8h20. J’arrive à 8h15 et celui-ci quitte le quai au moment où j’y pose le pied. Bon et bien, j’ai raté mon train !

Il était à 8h15, et non à 8h20, petite confusion dans mon esprit car le train arrive en gare de Liège à ..h20. Bon, je n’ai pas qu’à me poser sur un siège glacé durant une heure pour attendre le prochain train. Et oui, dans cette gare, il n’y a rien pour se mettre au chaud. Il fait 2 degrés, je sors le livre d’une aventurière que je lis en ce moment et me concentre sur ses mots afin d’oublier le froid. Cela marche plutôt bien et le temps passe.

9h15, je ne le rate pas ce train. À Liège, je me dépêche pour rejoindre Blandine. Depuis le lieu où je me suis stoppé la dernière fois, j’ai 31 km à faire pour rejoindre Maastricht à pied.

Il est 10h45 quand nous débutons la randonnée. Il est un peu tard pour débuter, je le sais… je sais que nous serons dans le noir à l’arrivée vu l’heure à laquelle le soleil se couche.

Nous parcourons les premiers mètres en admirant le marché de la Batte de l’autre côté de la rive et qui est si réputé. Je n’y suis jamais allé mais pas le temps aujourd’hui de vraiment le découvrir. À l’arrière-plan du marché, j’aperçois la montagne du Bueren, cet escalier emblématique de 374 marches que j’ai déjà eu l’occasion de monter à plusieurs reprises par le passé.

Un peu plus loin, nous changeons de rive et je vois se dessiner devant moi une statue impressionnante, le Mémorial Albert Ier.

Les pas défilent, les roulettes glissent, et les premiers kilomètres après le centre de Liège ne sont pas très intéressants car nous voyons principalement des entreprises. 

Je marche à du 4 km/h, Blandine peut atteindre 18 km/h avec son fauteuil. Elle se synchronise sur mon rythme. Lorsqu’elle s’arrête pour prendre une photo, je continue de marcher et elle me rattrape afin de ne pas perdre trop de temps. J’évite les pauses répétitives afin de pouvoir garder un bon rythme de marche.

À un moment, au vu de l’heure, nous constatons que le temps défile trop vite. Blandine a besoin de se poser une bonne heure afin de recharger la batterie de son fauteuil. Nous décidons donc de nous séparer pour 1h afin qu’elle puisse trouver un endroit à Visé où nous pourrons manger ensemble et où elle pourra recharger la batterie sans soucis.

En approchant de Visé, les paysages deviennent magnifiques. C’est là que ce RAVeL se révèle véritablement. RAVeL Révèle… C’était un bon jeu de mots n’est-ce pas ? 

Le chemin se divise soudainement. À gauche ou à droite, le choix est simple. Je regarde le panneau rapidement et tourne à gauche. Quelques minutes plus tard, je m’aperçois que je ne suis pas sur le bon chemin et que je dois faire demi-tour pour m’en assurer.

Régulièrement, je prends des photos des panneaux du RAVeL avec mon smartphone pour justement pouvoir observer ce genre d’informations sans devoir marcher à contre-sens, je ne l’ai pas fait ici, je devais être perdu dans mes pensées.

Je constate que je me suis bel et bien trompé de chemin, j’emprunte donc le bon et je longe la Meuse. Je prends quelques photos dont des oies. Une femme me regarde et me dit « Elles sont belles les oies n’est-ce pas ? ». Oh oui qu’elles sont belles.

Blandine s’est posée dans un bar où nous pouvons manger un sandwich ou panini. C’est parfait ! À 16 h, nous reprenons la route vers Maastricht. Il nous reste exactement 14 km à parcourir. Je me dis qu’au vu de la fatigue, nous ne devrions pas arriver avant 20 h sur place.

Blandine s’amuse de mes nombreuses photos d’oies, de canards et de toutes les espèces que je peux croiser sur la Meuse.

Réaliser ce trajet avec elle me permet de prendre conscience de la difficulté que les personnes à mobilité réduite peuvent avoir au quotidien. Ce RAVeL est relativement accessibles aux PMR, nous nous en étions assurés un minimum avant sur le site officiel. De son côté, elle peut analyser les différents points afin d’expliquer tout cela à ses lecteurs par la suite.

Sur ce RAVeL, en approchant de la frontière avec les Pays-Bas, il est possible d’apercevoir des vestiges de la seconde Guerre Mondiale.

Devant nous, un spectacle impressionnant se déroule ! D’accord, j’emploie de grands mots pour rien mais je me suis toujours posé une question « Comment mettre ne voiture sur une péniche ? ». Tel un paparazzi, j’immortalise ce moment devant les yeux des 3 personnes sur le bateau. Ils devaient se demander quoi… Heureusement, Blandine prenait également des photos. Nous passions ainsi tous les deux pour des fous.

Le soleil se couche. Nous passons la frontière et quelques kilomètres restent à parcourir. Nous avançons le plus rapidement possible car il est plus que temps d’arriver à Maastricht. Nous voyons toujours le chemin devant nous, pas besoin de mettre ma lampe frontale. Dans les rues un peu plus loin, l’éclairage des lampadaires suffit à éclairer notre chemin.

J’ai décidé de passer une nuit à Maastricht dans une auberge au bord de Meuse car j’ai envie de découvrir la ville. 

Je n’ai pas marché plus de 100 km sur 3 jours pour repartir si rapidement tout de même. Blandine retourne à Liège tandis que je me pose avec joie dans ce dortoir accompagné de ronfleurs. Je vais donc prendre une journée pour visiter Maastricht.

Pour suivre mes aventures en direct, retrouvez-moi sur Instagram et découvrez quelques autres contenus sur Facebook.

 

Quelques informations sur le RAVeL en Wallonie

Si vous souhaitez effectuer le même parcours que moi de Namur à Maastricht ou plus encore. Sachez que vous pouvez très facilement rejoindre les gares de Namur, Huy, Liège et Maastricht. Les sentiers ne se trouvent qu’à quelques mètres, ou maximum 2 km, de la gare.

Le RAVeL de la la Meuse à Vélo, qui peut bien entendu également se pratiquer à pied, se fait en 5 étapes :

  • La première allant de Givet (F) à Dinant en 24 km
  • La seconde de Dinant à Namur en 28 km
  • La troisième de Namur à Huy en 31 km
  • La quatrième de Huy à Liège en 39 km
  • La cinquième de Liège à Maastricht (NL) en 25 km

 

Petite précision pour les plus courageux, il faut savoir que « La Meuse à Vélo » est en fait un sentier beaucoup plus important. 1152 km en 30 étapes débutant en France dans le massif des Vosges pour terminer près de Rotterdam aux Pays-Bas.

Pour en savoir plus, visitez le site RAVeL et Véloroutes, c’est là que j’ai pu trouver quelques infos sur mon parcours.

 

Avez-vous déjà eu l’occasion de découvrir cette portion du RAVeL Liège à Maastricht ? Si ce n’est pas le cas, cet article vous donne t-il envie de tenter l’aventure ?

Pin It on Pinterest

Share This