Voyager sans parler anglaisVoyager sans parler anglais fait peur à beaucoup de monde. Je le comprends, cela me faisait également peur lorsque j’ai commencé à voyager. Pourtant, il est tout à fait possible de voyager sans parler la langue du pays où l’on va.

 

 

Voyager sans parler anglais

Vous vous dites peut-être cette phrase :

« Oui mais je ne suis pas bon en anglais ! Je vais pas partir à l’autre bout du monde, j’vais faire comment moi pour me débrouiller et communiquer… »

 

Cette phrase ! Comme je vous comprends. Vous n’imaginez même pas comme elle a pu me bloquer durant de longues années. J’ai toujours été nul en langues. Mes dix années de néerlandais m’ont permis de pouvoir commander avec hésitation un repas au resto en Flandres. Dix ans pour juste ça… ! Quatre à cinq ans d’anglais pour à peine savoir baragouiner avec plein d’erreurs.

Oui mais finalement, baragouiner et se tromper, n’est-ce pas comme cela que l’on peut apprendre ? Et bien, je vous assure que si ! J’ai eu l’occasion de me retrouver dans une famille anglophone au Canada durant 6 semaines, ça m’a aidé à me perfectionner. C’est si différent des cours qui sont donnés à l’école. Je suis toujours loin d’être bilingue mais ça aide. Vous savez, il n’y a pas besoin d’être bilingue pour voyager. Vous avez juste besoin de connaître une base. 

Bien entendu, si vous souhaitez communiquer davantage, pouvoir parler la langue sera plus simple, mais la débrouillardise est la clé du succès. De plus, l’anglais est tout de même la langue idéale pour échanger avec d’autres voyageurs ou certains locaux. En effet, elle est souvent la langue commune et la première langue étrangère apprise.

 

Voyager sans parler la langue du pays

En voyageant, vous vous retrouverez dans certains pays où personne ne parlera anglais, dans d’autres où les habitants ne parleront que la langue nationale ou un dialecte. L’idée pour se rassurer est d’apprendre les mots de base dans chaque langue. Attendez, je ne vous dis pas de connaître, 50, 500 ou 5000 mots. 

Simplement 10 mots. 10 mots qui vont briser la glace. Vous n’imaginez pas à quel point un simple « bonjour » dans la langue locale peut changer le fil de la rencontre. 

Dans mes différents voyages, que cela soit en Ukraine, en Italie ou bien en Pologne, j’ai toujours appris les mots de base pour pouvoir communiquer un minimum et me faire comprendre. 

 

Par exemple, voici deux jolies anecdotes de mes voyages :

  • La première, j’étais en Pologne. Avec un ami, nous avions une carte de la ville de Cracovie en main et nous cherchions notre auberge de jeunesse. Une femme âgée est venue instinctivement vers nous. Elle ne parlait que polonais mais malgré tout, avec des gestes, nous avions réussi à nous faire comprendre. Elle nous a indiqué la route à suivre pour ensuite nous faire signe de la suivre. Il est tout à fait possible d’utiliser des gestes pour se faire comprendre en voyage.
  • La seconde, c’est lorsque j’étais dans un train dans le sud de l’Espagne, je devais descendre un arrêt avant le terminus afin de prendre deux bus pour m’emmener à Gibraltar. Lors de l’arrêt du train à l’endroit où je devais descendre initialement, une femme était devant moi et la porte du train ne s’ouvrait pas… jusqu’à redémarrer vers la gare terminus. Mince…
    À la dernière gare de cette ligne ferroviaire, je suis donc parti dans le hall de la gare à la recherche d’un bus partant vers Gibraltar. Cela afin de ne pas reprendre le train dans l’autre sens et de perdre trop de temps avec les deux autres bus que je devais prendre à l’origine. La femme qui était devant moi dans le train est venue me retrouver dans la gare en me disant « Le train va repartir, on peut remonter gratuitement dedans ». Elle ne parlait que l’espagnol et je venais seulement d’avoir mes premiers cours quelques jours plus tôt. Un beau défi pour moi.
    Je lui ai expliqué ma situation comme je le pouvais et elle m’a dit (en mimant le geste) qu’elle allait me conduire en voiture à la frontière car elle habitait la ville frontalière de Gibraltar. Nous avons donc passé environ 50 minutes à communiquer en Espagnol et à vivre un joli covoiturage improvisé.

 

On ne le rappelle jamais assez alors voici ce que je souhaite vous dire avant votre départ en voyage :

Sachez que la plupart des gens sont bienveillants et qu’ils vous aideront s’ils le peuvent

 

Apprendre l’anglais en voyage

Pour revenir à l’anglais, je vous invite fortement à apprendre les 10 mots (phrases) suivants :

  • Bonjour/Salut – Hello/Hi
  • Comment ça va ? – How are you ?
  • Merci – Thank you/Thanks
  • S’il vous plaît – Please
  • De rien – You’re welcome
  • Bonne nuit – Good night
  • Au revoir – Goodbye
  • Où ? – Where ?
  • Quand ? – When ?
  • Pourquoi ? – Why ?

 

6 phrases qui peuvent vous aider :

  • Où est la gare ? – Where is the train station ?
  • Combien ? – How many ? (nombre) / How much ? (argent)
  • Qu’est-ce que c’est ? – What is it ?
  • Combien ça coûte ? – How much is it ? / How much does it cost ?
  • Où suis-je ? – Where am I ?
  • Comment aller à … ? – How can I go to… ?

 

Cela vaut également pour d’autres langues. Ensuite, apprenez à compter au moins de 1 à 10, ça peut toujours être utile pour négocier en voyage.

Apprenez les 100 mots les plus utilisés en Anglais. Vous ne pourrez pas tenir une conversation en anglais avec 100 mots mais ils vous permettront de comprendre au minimum une conversation. La liste juste au-dessus est idéale pour se lancer dans une conversation basique.

Si maintenant vous prenez la peine de mémoriser les 1000 mots les plus utilisés en anglais, vous serez prêt à comprendre 90 % des conversations. Vous voyez ? Pas besoin de s’arracher les cheveux à être bilingue si vous souhaitez uniquement vous débrouiller en voyage. Il existe des applications mobiles permettant de vous aider dans votre apprentissage (comme Mosalingua ou Duolingo). 

Pour apprendre l’anglais en voyage, passez des moments avec d’autres voyageurs dans les auberges de jeunesse et qui viennent des 4 coins du monde. Une autre possibilité intéressante est de faire du bénévolat dans des familles anglophones comme je l’avais fait en partant entraîner des chiens de traîneau.

Je sais que je fais des erreurs en parlant anglais, l’accent n’est pas fantastique, mais sincèrement qui s’en préoccupe du moment que vous vous faites comprendre ? Le plus difficile avant tout, c’est d’oser parler. Peur de son accent, de sa prononciation, de faire des erreurs de temps de conjugaison… Oubliez tout cela et faites un premier pas.

 

Cet article reprend plusieurs extraits du livre Voyager sans se ruiner dont je suis l’auteur. Vous pouvez trouver plus de renseignements sur le livre sur le site officiel.

J’espère que cet article vous motive à voyager et vous prouve qu’il est bel et bien possible de voyager sans parler anglais ou sans parler la langue du pays visité. Bien entendu, vous l’aurez compris, il est toujours plus intéressant d’en apprendre un minimum pour se débrouiller et pouvoir créer du lien avec les locaux.

Pin It on Pinterest

Share This