Andalousie : Comment je me suis retrouvé sans hébergementSans hébergement en Andalousie ?Oui des fois, j’improvise quand je voyage, et ça peut être très stressant. J’écris rarement à chaud mais j’ai envie de partager cette expérience, cette partie du voyage.

 

Andalousie : Comment je me suis retrouvé sans hébergement ! Mais où vais-je dormir ?

Je voyage depuis un peu plus de 5 ans et globalement j’ai toujours un hébergement de prévu, je sais que je ne vais pas me retrouver à la rue en arrivant.

 

Précédents voyages

Il y a quelques années, je me souviens être arrivé à Pristina au Kosovo et j’avais découvert sur place que mon auberge de jeunesse n’existait pas du tout. Je m’étais rendu à l’adresse indiquée qui était en réalité celle d’un bureau d’avocat. J’étais sur le coup sans hébergement mais j’avais réussi à trouver facilement autre chose car cette destination n’est pas la plus courue des touristes.

Pour le Canada, à mon arrivée à Montréal, je n’avais rien vraiment prévu d’avance mais je savais qu’un ami allait m’accueillir les premiers jours donc cela ne me stressait pas trop.

Quant au reste de mes voyages, je prévois toujours tous mes hébergements, même pour mon premier voyage en sac à dos de 40 jours à travers 12 pays d’Europe avec un ami. Bon là c’était peut-être un peu excessif mais c’était un premier voyage après tout.

Dans mes premiers voyages solos de 5 à 10 jours, j’avais également toujours réservé mes hébergements. J’avais donc envie de tenter un peu autre chose.

L’hébergement, c’est la partie qui me stresse vraiment le plus en voyage. J’aime savoir où je vais dormir, que je vais pouvoir déposer mes affaires, et puis simplement profiter de la destination.

 

Ce début en Andalousie

Ici, pour ce début de voyage en Andalousie, c’était tout autre chose.

Initialement, je devais décoller le mardi soir et arriver à Séville à 23h10. Seulement, j’avais bien choisi mon jour… Grève des contrôleurs aériens français. J’ai surveillé toute la journée le site internet de la compagnie et mon vol était maintenu. Je suis donc allé à l’aéroport, et là, plus de 2h30 de retard annoncé. Je sentais l’annulation arriver et c’est ce qui est arrivé.

Une file immense se dessinait au comptoir de Ryanair. Plusieurs vols vers le Maroc et l’Espagne eux aussi avaient été annulé en dernière minute. Après une heure de fil, j’étais content car j’avais réussi à obtenir un vol deux jours plus tard, et c’était la dernière place sur le vol. Des centaines de personnes derrière moi attendaient toujours et en avaient bien pour 3 heures encore.

Je me préparais donc à m’envoler pour Séville. J’avais réservé un mois plus tôt mon billet d’avion aller simple et trois premières nuits d’auberge car je voulais tenter de me débrouiller sur place et voir ce que je trouverais pour la suite. Je n’ai pas prévu de billet retour et d’ailleurs je ne l’ai toujours pas prévu. Je verrai en fonction de mes envies dans ce voyage et aussi du budget.

J’ai tenté d’entrer en contact par mail à plusieurs reprises avec mon auberge pour être certains que ma réservation était toujours d’actualité afin de ne pas me retrouver à 1h du matin sans rien. Aucune réponse, j’ai fini par téléphoner et ils m’ont dit que je n’avais pas à m’inquiéter et que c’était maintenu.

J’ai donc pu avoir cette nuitée mais pour les jours suivants… ils n’avaient plus de place. J’étais donc sans hébergement pour le vendredi et le samedi. De plus, jeudi avait été jour de fête nationale, donc un long week-end et beaucoup de réservations. Le jour de mon arrivée, l’aubergiste me dit qu’il allait regarder pour me trouver une place dans l’auberge le lendemain et qu’il en parlerait à sa collègue. Le lendemain, en allant voir sa collègue, elle me répondit « On est complet ! »…

Stressé comme un castor (oui je ne pense pas que cette expression existe ^^), je me suis mis à chercher partout où je pouvais, sur tous les sites que je connaissais.

 

À la recherche du logement perdu

Sur ce voyage, j’avais envie de tester le couchsurfing. Deux semaines avant le départ, j’avais envoyé quelques demandes, mais sans références, c’est compliqué et donc j’ai dû faire face à plusieurs refus. Personne n’a voulu de moi… Tant pis, ce sera pour une prochaine fois.

Je me voyais mal faire de nouvelles demandes de couchsurfing en dernière minute.

J’ai regardé sur tous les sites d’hébergements connus mais tout était complet. Il ne restait que des chambres à 200 € par nuit. Et bon, en tant que voyageur en sac à dos, ce n’est pas trop mon ambition de claquer 200 € juste pour dormir. Cette somme pouvant me permettre de passer 2 semaines dans un dortoir en auberge, et même plus que deux semaines.

J’ai donc tenté Airbnb. Je n’avais jamais réservé sur cette plateforme mais j’avais déjà séjourné avec des amis pour une nuit à Québec. Tout stressé dans un Starbucks, je me suis mis à remplir toutes les informations que le site demandait. J’avais trouvé quelque chose en plein centre-ville pour un peu plus de 50 € pour les deux nuits. J’étais rassuré… Mais je devais attendre la validation du propriétaire. J’ai attendu… et attendu…

J’avais réservé à midi, et à 18h toujours aucune nouvelle. Il faut savoir qu’ils ont 24 heures pour valider la demande si le propriétaire n’a pas enclenché le bouton « Accepter directement ». Il est clair que je demandais aussi en dernière minute.

À 18 heures, je me suis dit « Il est temps que tu te bouges de ce parc où tu es assis à regarder les gens et aller déambuler dans les rues avec l’idée de trouver un logement pour cette nuit ».

Mon objectif était d’entrer dans tous les hôtels que je pouvais pour demander s’il y restait une place de disponible tout en évitant les 3 étoiles et plus.

Je suis donc passé au hasard des rues en m’arrêtant devant des auberges, contrôlant sur Google Maps ce qu’il y avait autour de moi, croisant les doigts plus que tout. Mais la même réponse se faisait entendre « COMPLET ».

Finalement, je rentrais un peu dépité à l’auberge où j’étais pour récupérer mon sac à dos sans savoir ce que j’allais réellement faire. Et là, je suis tombé devant une dernière auberge, à peine à une rue de l’auberge où j’étais. J’y suis entré en me disant « Allez c’est ta dernière chance ! ».

J’ai entendu la plus belle réponse, il y avait une disponibilité pour le soir même. Pas pour les deux, mais j’avais au moins de quoi dormir ce soir. 45 €, ça me faisait mal, mais je préférais ça que la rue. Je trouvais donc mon logement à 19 heures.

 

L’espoir fait vivre ! Je ne suis plus sans hébergement !

Après m’être posé dans ma chambre, je me suis mis à regarder ce qu’il y avait de disponible à gauche et à droite pour la prochaine nuit. Toujours aussi cher sur les sites traditionnels, je me suis donc tourné de nouveau vers Airbnb. J’ai trouvé une chambre privée pour 20 € non loin du centre-ville. Quelques messages échangés avec le propriétaire et c’était dans la boîte. Je l’avais ma première réservation Airbnb.

 

35 euros offerts sur votre premier voyage Airbnb

 

Je me suis éveillé le lendemain avec une invasion de fourmis, c’était horrible. 45 € pour ça, ça fait mal.

Ma nuit dans le Airbnb était agréable. Bon ça ressemblait plus à un hôtel déguisé, ayant 5 chambres dans l’appart, et n’ayant vu le propriétaire qu’à l’arrivée car il ne vivait pas dans cet appart, mais c’était confortable et… sans fourmis.

Et là, c’est dimanche soir, j’ai un hébergement dans un dortoir en auberge de jeunesse jusqu’à samedi. Je l’avais réservé la vieille de mon départ pour Séville car c’était tout ce qu’il restait de dispo pour autant de jours d’affilés et je ne voulais pas risquer de partir avec trop d’hébergements à trouver en dernière minute.

Enfin, voilà, j’étais rassuré. Même après autant d’années de voyage, il y a toujours des moments stressants. Ces jours-là en ont fait partie.

Je ne regrette pas d’avoir tenté l’expérience de trouver l’hébergement sur place mais je pense que c’est à éviter dans des grandes villes pour les week-end.

 

Ça peut paraître con mais je sais que certains stressent sur ce point également. Partager cette petite expérience d’un gars sans hébergement, de ce début d’un nouveau voyage, peut en rassurer certains sur le fait qu’il est possible de trouver quelque chose avec de la patience même en dernière minute.



Booking.com

Avez-vous déjà vécu quelque chose comme ça en vous retrouvant sans hébergement ? 

 

Désormais -> Découvrez toute mon aventure de deux mois : Voyager dans le sud de l’Espagne

Pin It on Pinterest

Share This