Visiter auschwitz et birkenauJ’ai visité les camps de concentration d’Auschwitz et Birkenau à l’été 2013, je n’ai pourtant jamais écrit l’article sur ce sujet, j’ai toujours eu un peu de mal tant la visite de ces lieux est à la fois émouvante et prenante.

 

 

Les camps d’Auschwitz

Les camps d’Auschwitz se trouvent plus exactement à Oswiecim. Il faut bien se rendre compte que plus d’un million de personnes y ont laissé la vie. Nous appelons « Auschwitz » ce lieu tristement célèbre mais il faut savoir que cela comprend en réalité trois camps principaux :

  • Auschwitz I (ouvert en mai 1940)
  • Auschwitz II – Birkenau (ouvert en octobre 1941)
  • Auschwtiz III – Monowitz (ouvert en mai 1942)

 

Il existe plusieurs autres camps annexes de plus petites tailles, environ une cinquantaine, qui étaient placés sous la même administration.

Auschwitz n’est pas le premier camp de concentration allemand mais il représente le symbole d’un génocide et de l’Holocauste. En 5 ans, ce sont plus d’un million de personnes qui perdent la vie à Auschwitz. 900 000 ont perdu la vie le jour même de leur arrivée. Environ 90 % étaient juives. Les victimes y perdaient la vie de différentes manières : maladies, malnutrition, expériences médicales, arme à feu, mauvais traitement et par les chambres à gaz. La « Solution finale » (ou Shoah) imaginée par les nazis avait pour but l’extermination des juifs.

La Pologne a été envahie en septembre 1939 et le camp d’Auschwitz a été créé par Himmler et dirigé par les SS en avril 1940. Il s’agit du plus grand camp de concentration et d’extermination du Troisième Reich. En janvier 1945, l’Armée rouge libère les camps.

Certaines fois, on ouvre les yeux et on a du mal à se dire qu’il ne s’agit pas juste d’un scénario tout droit sorti d’un esprit tordu, qu’il ne s’agit là que d’un film, que d’une histoire horrible… Non, tout cela est bien vrai ! Oui, un pauvre crétin a imaginé une terrible histoire à laquelle il a donné vie… donné vie à ce meurtre de masse commis par les nazis. Durant la Shoah, ce sont près de 6 millions de Juifs qui furent assassinés. Visiter Auschwitz, c’est avant tout contribuer au devoir de mémoire.

Auschwitz a été inscrit au patrimoine mondiale de l’UNESCO en 1979.

 

Mon impression

Je me suis beaucoup intéressé à cette période de notre histoire. Je me souviens qu’à l’âge de 10 ans, lors d’une visite scolaire, j’avais eu l’occasion de visiter le fort de Breendonk en Belgique qui avait servi de camp de concentration par les nazis. Encore aujourd’hui, j’ai des images de cette visite toujours gravées dans mon esprit. J’étais encore jeune pour me rendre compte de l’horreur absolue que cela avait été, que cela ne s’arrêtait pas uniquement à l’un des plus petits camps des SS.

C’est à l’âge de 24 ans lors de mon trip de 40 jours en Europe de l’Est que j’ai souhaité passer par la Pologne et m’arrêter à Auschwitz dans ce lieu de mémoire. Ce jour-là, je ne l’oublierai jamais, j’ai appris beaucoup de choses sur ce terrible évènement. 

Quelques mois plus tôt, en décembre 2012, j’étais parti visiter Tchernobyl en Ukraine qui m’avait choqué par l’histoire des habitants de Prypiat. Ici, à Auschwitz-Birkenau, c’était encore pire… Il ne s’agissait pas d’un accident mais bien d’une catastrophe dont l’homme était conscient et entièrement responsable. Une question restera à jamais inscrite en moi : Comment l’homme a t-il été capable de commettre des actes aussi atroces ?

Jamais, je ne pourrai faire abstraction de cette histoire. Plus le temps passe, plus je me rends compte à quel point cela est tout bonnement l’apocalypse et que cette visite restera vraiment à jamais dans ma mémoire. J’ai vu certains des lieux de la seconde guerre mondiale qui sont devenus tristement célèbre, ceux des camps d’Auschwitz et Birkenau me glace le sang plus que tout autre.

Lorsque j’étais adolescent, j’ai vu le film « Le journal d’Anne Frank ». Plus tard, j’ai vu d’autres films sur cette période comme « Le pianiste » qui se passe dans le ghetto de Varsovie durant la seconde guerre mondiale. Lors d’un voyage à Amsterdam en septembre 2014, deux ans après avoir visité les camps polonais d’Auschwitz, je me suis rendu dans la maison où Anne Frank avait séjourné et se cachait avec sa famille. Ce n’est que deux ans plus tard encore, en 2016, que je me suis mis à lire son journal. L’histoire liée à cette sombre période m’intéresse beaucoup, m’interpelle beaucoup et je n’ai pas envie de l’ignorer. À l’avenir, je visiterai d’autres lieux de mémoire, d’autres musées sur l’histoire de la seconde guerre mondiale et des camps de concentration. Partir visiter Auschwitz-Birkenau, c’est une décision propre à chacun, une décision bien intime car il faut se sentir capable d’affronter cela. Il faut se sentir prêt à affronter la douleur, la honte et même l’horreur de l’espèce humaine.

Malheureusement, ce voyage de mémoire date un peu, je me souviens de certaines choses mais d’autres sont sorties de ma tête. Je ne prenais pas de note dans mes voyages à l’époque, je n’imaginais même pas que quelques années plus tard j’allais tenir un blog lu par des dizaines de milliers de personnes chaque mois. Cet article n’est peut-être pas le plus complet possible mais il est là pour vous partager mon ressenti, même quelques années plus tard.

 

Comment visiter Auschwitz et Birkenau ?

Des vies détruites par des monstres où règne une souffrance incroyable dans le silence le plus total. Émouvante et prenante, cette visite m’a longtemps laissé pensif, j’estime qu’il est venu temps de vous en parler. Le 27 janvier 1945 était le jour de la libération du camp par les soviétiques. J’avais songé à écrire cet article pour le 70e anniversaire de la libération de ces camps que j’ai visité en 2013 mais je n’arrivais tout simplement pas à trouver les mots.

Il est important de ne pas fermer les yeux sur l’histoire et de se rendre compte par soi-même de quoi l’homme peut être capable. Auschwitz-Birkenau, ce n’est pas un parc d’attraction, nous n’y allons pas pour passer un bon moment ou pour y prendre quelques selfies. Loin de là !

Visiter Auschwitz, c’est rencontrer le passé qu’il ne faut jamais oublier.

Il est possible de visiter le camp d’Auschwitz-Birkenau avec un guide ou bien sans guide, la visite se divise en deux parties :

  • Auschwitz I
  • Auschwitz II – Birkenau

 

Visiter Auschwitz

Auschwitz I est un camp de concentration où se trouve la tristement célèbre inscription « Arbeit macht frei », autrement dit « Le travail rend libre ». Vous avez l’occasion d’entrer dans différents bâtiments et y découvrir des expositions sur l’histoire de ces camps et de ses victimes. C’est une découverte qui peut être difficile, vous n’aurez à aucun moment le sourire mais l’histoire humaine, aussi horrible soit-elle, se doit d’être apprise. 

Il faut savoir que quasiment l’entièreté d’Auschwitz I a été reconstitué car il fut détruit par les Allemands afin d’effacer leurs traces. Il existe heureusement des photographies et des récits de victimes permettant de se rendre compte de la vie là-bas.

Lorsque je me suis retrouvé devant le réacteur numéro 4 à Tchernobyl, j’ai eu un blocage, comme un instant figé de voir de mes propres yeux cette centrale nucléaire. Lorsque je me suis retrouvé devant ce portique « Arbeit macht frei », que j’ai passé le grillage, j’ai ressenti la même chose mais de façon bien plus importante encore. Il y a des choses dont on souhaiterait qu’elles ne se soient jamais passées.

À Auschwitz I, vous découvrirez une chambre à gaz, où le Zyklon B était dispersé dans l’air, c’était pour moi le moment le plus difficile de la visite de ce premier camp. Les nazis faisaient croire aux prisonniers qu’ils allaient simplement prendre une douche… Ils étaient nombreux à être entassé dans cette pièce.

Plus loin, dans un autre block, ce sont des milliers d’objets ayant appartenus à des victimes de ce massacre sans nom… valises, prothèses, chaussures… Plus loin encore, de nombreuses photos de prisonniers qui pour certaines sont douloureuses à regarder… et ensuite s’en vient les crématoriums.

 

Visiter Birkenau

À Auschwitz II – Birkenau se trouve un camp d’extermination qui servait également comme camp de travail forcé. C’est à cet endroit que vous découvrirez les baraquements où se trouvaient les nombreux prisonniers attendant la fin de leur sort. Une grande partie de ce camp a également été détruit par les Allemands qui voulaient effacer les traces du massacre mais ils n’ont pas eu le temps de tout détruire. Vous y verrez l’entrée du camp avec sa voie de chemin de fer permettant aux trains de circuler à même le camp pour y déposer les victimes de ce massacre sans nom.

Le camp s’étend à perte de vue, je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi important. On a du mal à se rendre compte de son immensité avant d’être sur place. Je m’arrête rapidement et je regarde le rail que j’ai vu de nombreuses fois en photo. Je reconnais immédiatement cette fameuse porte qui laissait passer une voie de chemin de fer. Je fais un second arrêt devant l’un des wagons qui transportait les déportés

Le fait de voir les baraquements et de s’imaginer un instant les conditions de vies horribles des prisonniers dont de nombreux enfants est tout simplement horrible. Certains mourraient du typhus, d’autres de faim, tandis que d’autres d’épuisement.

Et vient le moment où vos yeux se posent devant une plaque : « Que ce lieu où les nazis ont assassiné un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants, en majorité des Juifs de divers pays d’Europe, soit à jamais pour l’humanité un cri de désespoir et un avertissement ». Il y a des plaques commémoratives dans une multitude de langues, des fleurs y sont apposées ainsi que des bougies. C’est un moment prenant qui clôture ma visite des camps. 

Ma visite s’est faite accompagnée d’un ami mais il était impossible de sortir un seul mot après avoir vu tout cela.

 

Quelques informations avant de visiter Auschwitz

Sachez que vous ne pouvez pas entrer avec un bagage de plus de 30x20x10 cm. Si vous avez un gros sac à dos, pensez à le déposer dans une consigne de la gare. Vous pourrez globalement faire des photos partout. Si cela est interdit, vous y verrez un panneau qui l’indiquera. Bien entendu, vous ne pourrez pas embarquer un trépied ou un drone avec vous, et les photos avec flash sont également interdites.

Visiter les camps de concentration d’Auschwitz, c’est se rendre compte des conditions de vie des prisonniers et de voir les preuves de ces crimes abominables.

Si vous souhaitez visiter les camps de concentration avec des enfants, il est déconseillé de le faire avec des enfants de moins de 14 ans étant donné que ce lieu est pesant. Comprendre ce qu’il s’est passé sur place demande une certaine maturité et il n’est pas aisé pour un enfant de réaliser ce que peut représenter ce lieu de mémoire. Si toutefois, vous souhaitez vous y rendre avec de jeunes enfants, tentez de leur expliquer ce que ce lieu représente et ce qu’il s’y est passé avec des mots facile à comprendre. Que ce n’est pas un terrain de jeu où l’on peut crier et courir car des familles de victimes viennent s’y recueillir.

 

Comment aller visiter Auschwitz ?

Si vous vous trouvez à Cracovie en Pologne, vous pouvez rejoindre la gare d’Oświęcim avec le train. Vous avez ensuite 20 minutes de marche pour vous rendre jusqu’au camp d’Auschwitz. Vous pouvez également vous y rendre en bus depuis la gare routière de Cracovie.

Il faut savoir que les deux camps, Auschwitz et Birkenau, sont éloignés d’environ 3 kilomètres. Vous pouvez vous rendre de l’un à l’autre gratuitement avec une navette (bus) mise à disposition. La navette circule toute l’année mais la fréquence varie en fonction de la saison. Vous n’avez pas besoin de la réserver ou de prendre un ticket.

Si vous ne souhaitez pas gérer la visite par vous-même, vous pouvez tout à fait réserver une visite guidée avec pour départ la ville de Cracovie.

Je voyageais durant une semaine en Pologne lors de ma visite des camps de concentration. J’étais tout d’abord allé de Varsovie à Cracovie en train. Je me suis arrêté quelques jours à Cracovie avant de prendre un train pour la gare d’Oświęcim où j’ai déposé mon grand sac à dos de 70L dans une consigne de la gare, je suis parti visiter les camps de concentration avant de reprendre un train à la gare d’Oświęcim et de me rendre à la prochaine étape de mon voyage avec un train de nuit vers Prague en République Tchèque. Il est donc tout à fait possible de gérer ses déplacements en train. 

Vous pouvez aller de Prague à Cracovie ou de Cracovie à Prague, et même de Varsovie à Prague en vous arrêtant à la gare d’Oświęcim. Regardez bien pour cela les heures de trajet, ainsi que les heures d’ouverture du camp, et un endroit où passer la nuit.

 

Faut-il réserver pour visiter les camps d’Auschwitz-Birkenau ?

Vous pouvez entrer sans réservation dans le camp de Birkenau. Cependant, pour pouvoir visiter Auschwitz I qui est la partie avec le portail « Arbeit macht frei », vous devez impérativement réserver, et ce, même si vous effectuez la visite sans guide. Il y a un nombre de places limitées dans cette partie. Si possible, réservez à l’avance. En particulier si vous envisagez de visiter Auschwitz I en haute saison. Heureusement que le nombre de personnes est limité car il y a beaucoup de monde (de groupes guidés) et il n’est pas toujours simple de se retrouver seul et de prendre le temps de lire les panneaux.

Vous pouvez visiter Auschwitz sans guide ou visiter Auschwitz avec guide, quelque soit votre choix, vous pouvez vous rendre sur le site officiel d’Auschwitz pour réserver votre visite ou bien passer par une réservation via ce site.

Visiter avec un guide permet d’obtenir de nombreuses informations mais de se retrouver avec un grand groupe. J’ai visité Auschwitz sans guide, mais à refaire, je pense que je visiterais avec un guide pour en apprendre davantage. Il est possible d’avoir des guides francophones.

Cependant, un guide a une durée de visite bien déterminée et vous ne pourrez pas prendre le temps. Vous aurez peu de temps libre et il ne s’arrêtera pas à tous les endroits. Visiter sans guide permet de réellement prendre le temps. Si vous visitez Auschwitz sans guide, il est préférable de comprendre l’anglais car les panneaux explicatifs ne sont pas traduits en français.

Si vous vous rendez compte, seulement quelques jours avant votre visite, qu’il faut réserver un ticket pour visiter Auschwitz et qu’il n’y a plus de places disponibles sur le site officiel, une solution existe. Vous pouvez tenter votre chance avec une agence de voyage et donc y effectuer une visite guidée. En effet, les agences ont un quota de place préalablement réservées.

Les heures d’ouverture du musée à « Auschwitz I », qui varient en fonction de la période de l’année, sont les suivantes :

  • En décembre : 7h30 à 14h
  • En Janvier et en novembre : 7h30 à 15h
  • En février : 7h30 à 16h
  • En mars et en octobre : 7h30 à 17h
  • En avril, mai et septembre : 7h30 à 18h
  • En juin, en juillet et en août : 7h30 à 19h

 

Il est ouvert toute l’année, 7 jours par semaine, excepté les 1 janvier, le dimanche de Pâques et le 25 décembre. Vérifiez les informations sur le site officiel car celles-ci pourraient changer entre la rédaction de l’article et le moment de votre visite.

 

Conclusion de cette visite

Franchir le portail « Arbeit macht frei » est un moment fort. Visiter les camps de concentration n’a rien d’une visite ordinaire, ces lieux sont différents. Il n’est pas rare de croiser une personne les larmes aux yeux ou même en pleures. C’est quelque peu difficile de visualiser l’atrocité qu’ont vécu des millions de personnes.

Je vous recommande de vous prendre une journée pour visiter Auschwitz et Birkenau, et de ne pas prévoir d’autres visites dans la journée. Ce lieu de mémoire demande du temps pour se rendre compte de l’atmosphère pesante qui y règne et d’apprendre un peu plus son histoire. Je ne vais pas vous le cacher, vous n’allez pas ressortir joyeux, que du contraire vous serez sans doute quelque peu anéanti et aux bords des larmes. Prenez du temps pour vous ensuite et prévoyez-vous d’autres visites le lendemain pour profiter de votre voyage en Pologne.

Une chose est certaine : Jamais je n’oublierai cette visite.

 

Pin It on Pinterest

Share This