Carnet de voyage à Verbier en SuisseIl y a peu, j’ai été invité à découvrir Verbier. J’ai décidé d’en écrire un carnet de voyage comme j’aime si souvent le faire durant mes voyages.

 

 

 

Carnet de voyage à Verbier

Je me trouve à Nancy, le réveil sonne, il est 4h30. Durant quelques jours, j’ai profité d’un nouveau séjour à Nancy pour voir l’arrivée d’une étape du Tour de France et le feu d’artifice du 14 juillet.

16 juillet, 6h11, mon TGV démarre, il s’en va vers Paris où je devrai prendre deux métros pour rejoindre la gare de Paris Gare de Lyon. 

Précédemment, j’ai raté un TGV dû à un changement de gare parisienne via le métro. La note salée de 50 € en supplément pour en réserver un autre m’a laissé un goût amer… j’ai donc un peu peur qu’il m’arrive la même chose. Heureusement, le temps entre les deux trains est cette fois-ci d’environ 2h, je suis donc tout de même plus serein.

De là, le TGV m’emmène vers Genève. Je n’en reviens pas, je vais enfin pouvoir découvrir une partie de la Suisse. Même si j’aimerais découvrir un jour la ville de Genève, ce n’est pas là que je vais pour les prochains jours.

Il s’en suit deux autres trains jusqu’à Verbier. De Genève à Vevey, je n’ai pas pu décrocher mon regard de la fenêtre. Je ne pouvais que profiter de ma première vue du Lac Léman. C’est certain, je vais revenir plus tard par ici.

Mon dernier train traverse les montagnes de Martigny à Le Châble, là aussi, ce train vaut la peine d’être prit. 

Plus tard, après 9h de trajet et 4 trains, je rejoins le groupe avec lequel je vais passer les 4 prochains jours. Nous sommes dans un camping et échangeons quelques mots. Notre première nuit se passera en tipi.

 

Début du séjour à Verbier

Dès le moment où tout le monde est présent, nous prenons un bus pour nous éloigner un peu et aller vers Bagnes au Barrage de Mauvoisin.

Après quelques dizaines de minutes à randonner, nous prenons un souterrain qui nous emmène vers un sentier au-dessus du barrage. De là, la vue est incroyable. Autant vers le vide que vers le lac de Mauvoisin.

Nous échangeons quelques mots histoire de faire plus ample connaissance. Au fait, je me retrouve avec différents profils : journalistes, photographes,… De quoi avoir de belles discussions.

Peu de temps après, un couple de la région nous fait remarquer deux chamois au loin. Beau spectacle !

Nous redescendons jusqu’au camping par de beaux sentiers et mangeons (pour ma part et celle de quelques journalistes) une très bonne fondue à l’ail des ours. 

Je pensais avoir plus froid de la nuit mais celle-ci s’est passée à merveille. Nous avions chacun un sac à viande (un sac qui se met entre un sac de couchage et soi-même). Pratique pour gagner quelques degrés en plus d’être plus hygiénique quand le reste du couchage n’est pas à soi.

 

Nouvelle journée à Verbier

Au lendemain, je m’éveille donc aux côtés d’une araignée, une autre personne d’un lézard. La vie est belle en pleine nature n’est-ce pas ?

Je ne perds pas de temps à admirer les montagnes autour de moi. Il est clair d’une chose : « La montagne est un endroit que j’adore 1000 fois plus que la plage ».

Après un petit-déjeuner, nous nous en allons plus haut en altitude, au beau milieu des montagnes, pour un cours de Yoga. C’est la première fois que j’expérimente cela. Honnêtement, ce n’est pas trop mon truc, après 10 minutes… j’arrête. Cependant, le spot pour des passionnés de Yoga est on ne peut plus incroyable ! Vous vous imaginez faire du yoga et vous reposer dans un lieu où les montagnes sont visibles de chaque côté ?

Pour ma part, j’en profite pour prendre quelques clichés à gauche à droite. À la fin du cours, nous randonnons et sommes accompagnés de Marc, le gardien d’un alpage. Il nous emmène découvrir ses vaches et nous explique sa profession. Le cadre est magnifique ! Certains lieux sont totalement inaccessibles durant l’hiver.

Il nous montre le moment où les vaches quittent l’alpage pour rentrer à l’étable. Ensuite, il nous emmène pour une belle session de randonnée avec de multiples explications. Mais tout cela ne s’arrête pas là car… randonner, ça creuse l’estomac.

Pour cela, un bon repas dans un alpage ne peut qu’être conseillé ! Vous vous imaginez manger là, goûter plusieurs produits locaux, et profiter du cadre ? J’ai bien apprécié ce moment.

L’après-midi nous emmène ailleurs à l’élimination de nos calories. Et oui, du vélo en montagne, mais attention… il s’agit d’E-bike ! Ah bon, vous pensez que le vélo électrique est si simple que cela ? Quand on vous annonce que vous avez 1000 m de dénivelé positif à réaliser et qu’il vaut surveiller la batterie pour le lendemain, je vous assure que ce n’est plus aussi facile ^^

Nous louons des vélos à la station de Verbier qui se trouve à 1500 m d’altitude. L’objectif en ligne de mire ? La cabane Mont-Fort. Je dois avouer que j’ai eu un peu de mal à l’atteindre. En particulier, lors des premiers mètres sur la première montée car mon vélo n’est pas à la bonne vitesse, je reste coincé au beau milieu d’une montée. Le tout réglé par le guide, je peux reprendre et donner de moi-même. Plus on prend de la hauteur et plus les paysages deviennent incroyables.

À plusieurs occasions, je ne peux pas m’empêcher de m’arrêter pour prendre quelques photos.

La dernière montée est intense et je mets l’assistance électrique au maximum. C’est la première fois que je vais dormir en refuge de montagne.

J’ai hâte de voir ce que cela donne. Dès que je pose mon vélo, je m’étends et admire le paysage. Le lendemain, j’irai là-haut !

Notre récompense à l’arrivée ? Une bière sur la terrasse. Les montagnes aux alentours sont également une belle récompense, peut-être même encore plus que la bière. La vue depuis la fenêtre de la chambre est magnifique.

Nous prenons un repas avant de profiter d’une douche avant d’aller assister à la fin du coucher de soleil. Nous arrivons tout de même un peu tard pour voir le soleil disparaître mais le spectacle est malgré tout présent.

Nous profitons de cette pause pour recharger un peu les différents vélos électriques. Malheureusement, je suis le seul qui possède un vélo d’une autre marque et où le chargeur ne fonctionne pas dessus. Une personne du groupe nous quitte demain matin, je récupérerai donc son vélo rechargé.

 

Un spectacle fascinant à Verbier

Ma nuit est bien courte. Il fait tellement chaud que je n’arrive pas à réellement trouver le sommeil. À 4h, le réveil sonne. À 4h30, nous prenons les vélos pour rejoindre un télésiège. Éclairé uniquement à la lampe frontale, dans une descente intense pendant 15 minutes, nous parvenons enfin au télésiège. Je ne suis pas prêt d’oublier ce moment.

Cependant, je suis loin d’être au bout de mes surprises. Nous prenons ce premier télésiège qui nous emmène aux Gentiannes à 2900 m d’altitude. Il fait encore noir, un igloo se trouve devant nous. Nous y entrons, c’est là que nous prendrons notre petit-déjeuner après le moment le plus fou de notre séjour. Le brouillard en altitude est intense, nous ne savons pas encore si nous serons autorisé à rejoindre le sommet. L’attente semble longue jusqu’au moment où enfin… Ça y est !!! C’est parti !!!

Le deuxième télésiège nous emporte à 3330 m d’altitude sur le Mont Fort pour… observer le lever de soleil. Je rêve de ce moment. Arrivé là-haut, le brouillard est encore important. Nous montons un peu plus haut et attendons patiemment.

Je me suis bien habillé, je n’ai donc pas froid. Le temps passe mais le brouillard ne passe pas. Durant quelques secondes, une petite fenêtre m’a permis de découvrir le paysage et d’en prendre une photo… c’est tout. Cependant, même si je n’ai pas vu le soleil, ce moment reste magique.

Nous redescendons prendre ce petit-déjeuner en altitude avant de récupérer les vélos et partir pour une bonne heure à pédaler en montagne. S’en suit une randonnée particulière afin de rejoindre le sommet Pierre Avoi (à 2 473 m). Je laisse le groupe s’éloigner et je combats à ma façon ce vertige en moi. Le sentier est très étroit et je fais attention à chaque pas… sans trop regarder le vide. Je prends mon temps et arrive finalement à retrouver le groupe. Nous devons encore prendre la hauteur.

À un moment précis, je sais que cela s’arrête là pour moi. Je me sens incapable de monter cette échelle et de faire le restant pour profiter du point de vue. Cela n’est pas grave, je sais qu’il faut pouvoir s’écouter et s’arrêter quand on ne le sent pas.

Pendant les 30-40 minutes où ils sont là-haut, je profite du paysage aux alentours jusqu’à tout simplement m’étendre au soleil. Je profite à ma façon du lieu et j’aurais presque pu en sortir un bon bouquin.

Nous repartons récupérer les vélos, faisons quelques temps de coup de pédales, avant de profiter d’un bon repas dans un restaurant d’altitude. Je vous conseille la croûte aux champignons à La Croix de Cœur.

Il faut ramener les vélos au magasin. Le reste de la journée est plus reposante. Nous sommes tout de même debout depuis un bon moment. La dernière nuit se passe dans un hôtel 4 étoiles. Le soir, nous mangeons dans un restaurant avec Géraldine Fasnacht, une Snowboardeuse freeride, basejumpeuse et pilote de wingsuit. Nous avons l’occasion de découvrir son film présentant ses exploits dans la région. Cependant, elle s’en va explorer les endroits les plus reculés du monde pour vivre sa passion. C’était très intéressant de l’écouter durant plusieurs heures, de l’entendre nous raconter sa passion et nous présenter son métier. N’hésitez pas à découvrir ce qu’elle fait, notamment sur sa chaîne YouTube.

 

Dernière journée à Verbier

Après une nuit réparatrice, le séjour s’achève à La Laiterie de Verbier où nous fabriquons notre propre fromage et visitons la cave d’affinage.

Désormais, nous repartons chacun de notre côté. Il est toujours sympathique de partager quelques beaux moments avec des inconnus et à lier un joli contact. C’est ce que j’aime dans les voyages de presse. Je n’en fais pas souvent, 1 à 2 par an, mais jusqu’à maintenant, je n’ai eu aucun regret.

Concernant Verbier, j’ai donc découvert une région de Suisse magnifique. J’ai très envie de découvrir davantage ce pays à l’avenir, mais bon… là je pars sur un voyage en Italie qui risque d’être tout autant magnifique

Si vous voulez en savoir plus sur Verbier et obtenir les informations à la préparation de votre séjour à Verbier en été, vous pouvez consulter l’article dédié à cela.

 

Avez-vous déjà eu l’occasion de faire un voyage à Verbier ? Qu’est-ce que vous aimez faire en montagne en été ?

 


Merci à Verbier Tourisme et à MindshakePR pour l’accueil et l’invitation à ce voyage de presse. Bien entendu, je reste totalement libre de mes propos.

 

Pin It on Pinterest

Share This