Interview Misbah pratique le Taekwondo en Corée du sudUne nouvelle rubrique s’ouvre sur le Blog où je vous propose de découvrir d’autres voyageurs. C’est donc avec Misbah, parti pratiquer le taekwondo en Corée du sud, que j’inaugure cette série. Je veux vous faire partager différentes expériences en plus de la mienne avec Traversée d’un monde.

Misbah est un de mes amis, nous avons fait nos études en « Arts numériques » ensemble en Belgique. Il y a quelques temps, il est parti en Corée du sud. Son voyage était un peu différent de ce que l’on peut voir, surtout pour la raison de ce voyage. Je souhaitais qu’il partage cette expérience avec vous.

 

Taekwondo en Corée du sud

Salut Misbah et tout d’abord merci d’avoir accepté de faire avec moi ce tout premier entretien sur Traversée d’un monde avec pour thème le Taekwondo en Corée du sud.

 

Pour commencer, quand s’est déroulé ce voyage en Corée du sud ?

J’ai pris un avion au départ de Bruxelles le 1er août 2014 pour atterrir le lendemain à Incheon (Aéroport de Séoul en Corée du Sud). J’y suis resté 1 mois et demi.

 

Combien cela t’a-t-il coûté et comment l’as-tu financé ?

Environ 2 500 € sans les extras comme les souvenirs, les cadeaux, etc.

J’étais alors étudiant, j’ai cherché un job pour les vacances d’été en Belgique. Et j’ai réussi à en trouver un. Mon père ainsi que mon club de Taekwondo ont également contribué à financer ce voyage. Je les remercie beaucoup pour cette grande aide à laquelle je ne m’attendais pas.

 

Avais-tu des appréhensions avant ton départ ?

Assez oui ! J’ai lu beaucoup d’articles sur la Corée du Sud qui le décrivaient comme un pays avec très peu de diversité ethnique, et dont les habitants voyaient, de ce fait, les étrangers d’un mauvais œil. Personnellement je n’ai eu aucun souci par rapport à cela, au contraire… J’ai été très bien accueilli.

 

Etait-ce ton premier voyage seul ?

Oui, il faut dire que c’était le dépaysement total lorsque je suis arrivé à Séoul. Heureusement que je m’étais bien préparé avant mon voyage.

 

Pourquoi as-tu décidé de faire ce voyage ?

Je pratique depuis 5 ans le Taekwondo au club Fasung situé à Tournai en Belgique. Ce voyage était l’occasion pour moi de progresser dans cet art-martial qui est justement né en Corée du Sud. En effet, j’ai beaucoup appris là-bas, les coréens ont vraiment un système d’apprentissage bien à eux. Bien sûr, j’essaie de transmettre à mon club ce que j’ai appris là-bas et ce que je continue d’apprendre.

Faire du taekwondo en Corée du sud

 

Comment l’idée t’es venue de pratiquer le taekwondo en Corée du sud ?

En voyant pour la toute première fois des compétiteurs coréens à Bruxelles lors d’un championnat international, j’ai été tellement impressionné par leur niveau que j’ai eu l’envie de m’entraîner avec eux ! J’ai rencontré de nombreux coréens avec un niveau similaire et même plus élevé ! Les entraînements étaient très intensifs, je m’entrainais 5 à 6h par jour, 6 jours sur 7.

 

Qu’est-ce que cela t’a apporté ?

J’ai non seulement progressé dans la globalité de l’art-martial, mais j’ai surtout été attiré par leur culture et de la discipline qu’ils font preuve dans leur comportement.

En dehors de l’esprit sportif, j’ai appris à me débrouiller dans un pays vraiment différent du nôtre. Grâce à ce voyage, je n’ai plus peur de partir à l’aventure et de me perdre au milieu d’une grande ville, je n’hésitais jamais à demander mon chemin, les Coréens étaient très enclins à me répondre et me guider. Il me suffisait de poser la question, qu’ils étaient déjà sur leur portable pour me montrer l’itinéraire le plus proche. J’ai été agréablement surpris par leur courtoisie.

 

Que retiens-tu de ton expérience ? Que ce soit pour le taekwondo en Corée du sud ou de façon plus générale.

Le contact avec les gens est totalement différent de la Belgique, il y a plus de respect les uns envers les autres. Je m’y sentais bien…
Si je peux donner un conseil, c’est de ne compter que sur soi-même et ne rien attendre des autres. Je dis cela car avant mon voyage, plusieurs personnes en Belgique m’avaient promis qu’elles allaient m’aider pour avoir des contacts en Corée. Que ce soit pour les entraînements, l’hébergement, etc… Arrivé en Corée, plus aucune réponse.

Il faut en effet faire beaucoup de recherches, pour l’hébergements, les salles d’entraînements, le métro… Le site du routard m’a été d’une grande aide ainsi que de nombreux forums. Et bien sûr, le site de l’office du tourisme coréen à Paris qui font de nombreux sondages via leur page Facebook « Un bol de Corée ».

Ils m’avaient offert une carte de transport T-money avec déjà 10 000 Won, que j’ai pu utiliser pour le trajet entre l’aéroport et mon premier hébergement situé dans le quartier de Hongdae à Séoul. La carte T-money est utilisable pour tous les transports en commun : taxi, bus, métro et également dans les supérettes. Elle est vraiment pratique et permet de bénéficier de 100 Won à chaque déplacement.

Faire du taekwondo en Corée du sud

 

Qu’as-tu vu de la Corée du Sud ?

Je suis principalement resté dans le nord, à Séoul. En un mois et demi, je dois dire que j’ai vu des choses très variées. C’est tellement grand !

Dès mon arrivée à la capitale coréenne, après avoir déposé mes affaires dans la guesthouse. J’ai fait connaissance avec un français qui m’a directement proposé de faire un tour à la Namsan Tower. Je dois avouer que gravir toutes les marches pour arriver au sommet n’était pas chose aisée ! Mais cela en valait la peine, la vue était très belle.

J’ai bien sûr visité de nombreux temples, des villages traditionnels et certains musées.
En dehors de Séoul, je suis allé à Yeong Dong pour visiter la tombe de notre feu Grand Maître Beom Jhoo Lee. J’ai été très étonné par la forme des tombes très traditionnelles. J’y ai également visité sa maison, actuellement inhabitée.
Là-bas, les gens du coin n’ont pas l’habitude de voir des étrangers mais malgré cela, leurs réactions à mon égard étaient très amicales.

Faire du taekwondo en Corée du sud

 

Qu’as-tu mangé de spécifique ?

Tellement de choses, la cuisine coréenne est très variée… mais je retiens surtout le Gimbap fait de riz, huile de sésame et de nombreux autre ingrédients roulés dans une feuille d’algue. Le teokbokki, une galettes de riz très pimentées et les 1 000 variétés de Ramyeon (nouilles) très souvent épicées. Les coréens sont parmi les plus grands consommateurs d’ail, la preuve : nous pouvons sentir cette odeur dans tous les transports en commun !

Faire du taekwondo en Corée du sud Faire du taekwondo en Corée du sud

 

As-tu eu de la difficulté à trouver un logement ?

Avant mon départ, j’ai réservé plusieurs mois à l’avance dans une guesthouse (StayKorea) tenue par une coréenne ayant vécu en France. J’y suis resté une semaine avant de trouver une chambre individuelle, c’était plus simple pour moi de passer par cet endroit avant de me lancer dans cette aventure.

L’un de mes Maîtres coréens ainsi que son épouse m’ont aidé à trouver la chambre en question et m’ont envoyé l’adresse par email. Comme j’avais du mal à la trouver par moi-même, j’ai demandé à un jeune coréen de me guider, ce qu’il a fait pendant 1 heure ! En plus de me trouver la chambre, il a également fait office de traducteur entre le propriétaire et moi. Je n’oublierai jamais ces moments et sa gentillesse.

Faire du taekwondo en Corée du sud

 

As-tu eu des soucis par rapport à la langue et l’écriture ?

Non ça a été dans l’ensemble. Il faut dire, par contre, que c’était un effort supplémentaire de se comprendre, cela faisait partie du voyage mais j’ai réussi à m’adapter. Il est très simple de se déplacer en Corée, surtout en métro, tout est écrit en anglais. J’ai attendu mon retour en Belgique pour apprendre le Hangeul (alphabet coréen).

 

Était-ce simple de faire des rencontres ?

Oui, grâce à mon activité sportive j’ai rencontré énormément de personnes, et aussi quelques-unes en dehors également, avec lesquelles je me suis lié d’amitié.

 

As-tu gardé des contacts avec les personnes que tu as rencontrées là-bas ?

Oui, je suis régulièrement en contact avec eux via les réseaux sociaux. Ils ont une application coréenne identique à Messenger qu’ils utilisent tout le temps, elle se nomme Kakaotalk. Nous nous contactons souvent par ce biais.

Faire du taekwondo en Corée du sud

A mon retour en Belgique, j’ai invité l’un de mes Maîtres coréens pour un stage de Taekwondo orienté combat, c’était encore une très belle expérience et cela a réjoui l’ensemble des participants de ce séminaire qui ne demandent qu’à le renouveler.

 

Aimerais-tu y retourner un jour ?

Oui ! Dès que possible ! C’est une expérience à revivre !

 

Merci pour cette interview Misbah et d’avoir partagé ton expérience du Taekwondo en Corée du Sud. La Corée du Sud m’attire encore plus depuis que tu m’as raconté ton voyage et j’espère que plusieurs lecteurs se dirigeront vers cette destination. Traversée d’un monde te souhaite d’y repartir très vite.

 

Suite à l’expérience de Misbah parti pratiquer le taekwondo en Corée du sud, souhaiteriez-vous tenter une aventure en Corée du Sud ?

Pin It on Pinterest

Share This