Interview - Nastasya, une rédactrice web en voyageAujourd’hui, dans cette rubrique interview du blog, je souhaite vous présenter Nastasya. Elle voyage tout en travaillant et ne se prive pas pour autant de réaliser ses rêves. À un moment de sa vie, Nastasya a décidé de tout plaquer pour vivre la vie dont elle rêvait.

 

Interview – Nastasya, une rédactrice web en voyage

Pour découvrir une personne avec un peps qui vous donne le sourire et vous rend de bonne humeur, suivez-la dans son quotidien sur les réseaux sociaux.

Son créneau, passer d’une vie métro-boulot-dodo à une vie de voyage, de liberté et d’aventures. Autrement dit, nous avons quelque peu la même vision des choses. Je n’en dis pas plus et lui laisse la parole.

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Salut à tous ! Moi, c’est Nastasya, voyageuse, blogueuse, rédactrice freelance et nomade digitale (rien que ça) ^^ Mais si je devais me présenter plus personnellement, je dirais probablement… une nana qui rit bien trop fort et connait toutes les chansons de Disney par coeur, voilà !

Interview Nastasya - Comment devenir freelance - Rédactrice web en voyage

 

Quel a été le déclic pour toi dans ce souhait de tout quitter pour vivre une vie de voyage ?

Cela a été un long processus au final, presque 2 ans. Cela a commencé par un sentiment d’insatisfaction dans mon quotidien, mais je ne savais pas à cause de quoi. Tous les compteurs étaient au vert : CDI en marketing, petit ami brillant, appart sympa, des amis pour sortir le week-end. Difficile de faire mieux, et pourtant… J’avais beau avoir travaillé pour en arriver là, j’avais déjà l’impression, après seulement 4 ans de vie salariée, d’en avoir fait le tour. La routine, le métro-boulot-dodo, le manque de reconnaissance au boulot, l’impression de tourner en rond. Je voyais déjà ma vie tracée pour les 40 prochaines années. Ça commençait à totalement m’angoisser. Alors, j’ai compris qu’il allait falloir que je change tout ça !

 

Comment t’es venue l’idée de travailler en voyageant ? 

Pas tout de suite, car je partais de loin ! Pour faire simple : j’étais un pur produit d’école de commerce, formé pour travailler dans les grosses boites du CAC40 (j’exagère à peine). Tu m’aurais parlé de nomadisme à l’époque que je n’aurais même pas compris de quoi tu causais. Puis, quand j’ai commencé à vouloir changer de vie, j’ai dû déconstruire une à une, toutes les certitudes que j’avais sur la manière de mener une vie réussie. J’ai fini par quitter le petit ami d’abord, l’appart ensuite et puis le boulot en dernier. Je suis partie voyager en Australie pour commencer, pendant 1 an, dans un van (le cliché du backpacker !). L’aventure a continué pendant presque 3 ans comme ça, avec des petits boulots de serveuse à droite à gauche pour remplir les caisses. Puis, j’ai fini par avoir envie de monter un projet de vie qui mêlait à la fois voyage ET activité professionnelle passionnante. C’est là que j’ai découvert ce qu’était les nomades digitaux !

 

Quelle a été la réaction de ton entourage lorsque tu as annoncé vouloir quitter cette vie conformiste ? Oublier l’éventuel mariage, quitter le CDI, l’appartement et la routine quotidienne ?

Whoop, cela ne s’est pas fait en un jour. Mon père m’a soutenu lors de mon premier voyage, quand ma mère n’a pas vraiment compris pourquoi j’avais besoin de « fuir ». Puis le premier voyage s’est transformé en mode de vie. Alors oui, on me demande régulièrement si je pense « me poser » un jour, « fonder une famille, parce que l’horloge tourne », si je n’en ai pas marre de « ne rien construire », etc. Mais après plus de 4 ans de vie anti-conformiste, on me pose de moins en moins de questions. On se fait à l’idée que je ne reprendrai peut-être pas un job stable, que je n’aurais peut-être pas d’enfants, que ma réussite sociale ne passera par une grosse maison ni une grosse voiture, etc. J’ai aussi réalisé que l’incompréhension et le manque de soutien proviennent souvent du fait que nos choix remettent en question ceux des autres. Tout le monde n’est pas forcément à l’aise avec ça !

Interview Nastasya - Comment devenir freelance - Rédactrice web en voyage

 

Peux-tu expliquer en quelques mots ce que c’est que d’être nomade digital ? Qu’est-ce que ce mode de vie représente pour toi ?

Je pense qu’on peut définir simplement les nomades digitaux par des personnes qui travaillent 100 % en ligne, ce qui leur permet d’être totalement libre géographiquement. Cela peut concerner les freelances, les entrepreneurs en ligne ou même les télé-travailleurs, qui sont salariés mais n’ont pas besoin d’aller au bureau. Personnellement, c’est la réponse dont j’avais besoin pour trouver un équilibre entre passion et vie professionnelle. Car je ne me voyais ni revenir en France et en entreprise après mes années de voyage. Et je ne voulais pas non plus dire adieu à une vie professionnelle épanouissante. En devenant nomade digital, les deux devenaient possibles.

 

Comment et pourquoi avoir opté pour une activité de rédactrice web ?

Comme beaucoup de personnes qui souhaitent devenir nomade digital, je ne savais pas par quoi commencer ni « quoi vendre ». Je ne trouvais pas comment adapter mon diplôme et mes compétences à une activité freelance. Je me suis donc inscrite à la formation en ligne 1K1mois de Haydée, du blog Travel Plugin pour m’aider à structurer mon projet. Il s’est trouvé que la rédaction était la réponse. J’ai décidé de focaliser ma niche dans le domaine du voyage, puisque c’est le sujet qui me passionnait. Aujourd’hui, j’écris donc principalement des articles de blog, de magazines ou des guides en ligne pour les professionnels du tourisme.

 

Niveau financier, vis-tu à 100% de ton activité de rédactrice web ?

Depuis mars 2017, oui. J’ai démarré le démarchage en janvier de la même année. Suite à la formation et à une stratégie de démarchage efficace, j’ai obtenu mes premiers contrats au bout de 2 mois seulement, dès mars 2017. Et c’est ce qui me fait vivre et voyager aujourd’hui !

 

Arrives-tu facilement à séparer travail et voyage sachant qu’il s’agit de ton mode de vie durant toute l’année ? Comment gères-tu cela ?

C’est un équilibre super difficile à trouver en fait. Au début, je pensais mélanger les deux un peu au quotidien, naviguer en fonction des projets et des envies. Mais je me suis rendu compte que je ne tenais pas le rythme niveau fatigue et stress. J’ai donc décidé de partitionner ça davantage, entre phases de boulot à fond et phases de voyage à 100 %. Par exemple, je me suis installée pendant 6 mois en Thaïlande l’année dernière, à Chiang Mai. J’ai passé la majorité du temps à travailler. Et je me suis octroyée des coupures au milieu, comme 5 jours pour aller faire de la plongée à Koh Tao, un séjour en Birmanie, ou un autre à Taïwan. L’avantage de ce système, c’est que cela me coûte moins cher de vivre dans ce type de pays, et de voyager dans des destinations aux alentours. Je mêle donc l’utile à l’agréable !

Interview Nastasya - Comment devenir freelance - Rédactrice web en voyage

 

As-tu des regrets par rapport à ton ancienne envie ? Certaines choses qui te manquent ?

Des regrets, clairement pas. Même si bien entendu, il y a forcément des coups de mou à certains moment, il ne faut pas idéaliser la chose. Mais dès que je repense à ma vie d’avant, avec la routine, le manque de flexibilité et de liberté, je me reprends tout de suite en me rendant compte de la chance que j’ai. Par contre, je pense qu’il vaut mieux être conscient de certaines difficultés avant de commencer. Le fait d’être nomade digital veut souvent dire travailler à son compte. Alors, même s’il y a plus de voyages, il y a aussi BEAUCOUP PLUS de boulot ! Et le manque de visibilité et de sécurité financière qui va avec. C’est gérable si on s’organise bien, mais mieux vaut l’anticiper. 

 

Comment économises-tu pour pouvoir voyager ?

J’essaye de privilégier des périodes de vie dans des pays moins chers. Le fait de vivre en Thaïlande l’année dernière m’a permis de mettre pas mal d’argent de côté tout en travaillant. Je vis à nouveau dans un pays au coup de vie très peu cher, en Bosnie cet été. Et de manière générale ces dernières années, j’ai énormément ralenti mon train de vie. J’ai appris à vivre avec peu, me contenter de choses plus simples : me balader, lire, partager des moments en famille. Ce qui n’enlève rien à mon plaisir au quotidien, mais qui me permet de fortement renflouer le porte-monnaie plus rapidement pour les périodes de voyage !

 

Niveau voyage, comment optes-tu pour une ou l’autre destination ?

Cela dépend vraiment du besoin. Si je veux prioriser une période de travail, je choisis la destination en fonction du coup de vie en priorité. Ce fut le cas pour la Thaïlande et Sarajevo. Mais quand je sélectionne une destination pour y voyager à 100 %, je privilégie mes rêves ! J’ai passé un mois au Maroc au printemps par exemple. Je pars en Égypte bientôt, rêve de gamine ultime. Et s’il faut se faire plaisir malgré le coût, je fonce aussi ! Comme quand j’ai voyagé 2 mois et demi aux États-Unis et traversé tout le pays en voiture, ou quand je vivais à Londres. J’adapte juste les économies à la taille du rêve, haha !

 

Comment gères-tu la solitude que peut représenter ce mode de vie ?

La solitude et la marginalisation sont deux points essentiels de la vie nomade de mon point de vue. Car difficile de rester dans les clous quand ses anciens amis parlent de maison, d’enfants et de carrière et que ton quotidien est fait de voyages, de vie parfois sans lendemain et de rencontres dans le monde entier. Cela m’a changé la vie le jour où j’ai réussi à créer des amitiés dans ce milieu justement, avec d’autres nomades digitales. Big up, Lucie (Voyages et Vagabondages) et Corinne (Vie Nomade) ! Clairement, trouver des amis dans cette communauté est un point essentiel, car ils seront les seuls à comprendre nos problématiques du début jusqu’à la fin.

Interview Nastasya - Comment devenir freelance - Rédactrice web en voyage

 

Quel a été ton grand coup de cœur en voyage ?

Trop dure, cette question ! Je dirais quand même l’Australie, car quelle que soit la destination, le premier grand voyage reste toujours le plus important, celui qui a le plus d’impact et de souvenirs forts. Et puis, vivre en van pendant un an quoi, je ne m’en suis toujours pas remise ! Après, niveau paysages, je dirais l’Écosse, ce pays est juste dingue !

 

Quel est ton plus grand rêve de voyageuse que tu n’as pas encore eu l’occasion de réaliser ?

Ah la la, trop. Je pense plus en termes d’aventures que de destinations maintenant. Du coup, je veux clairement me lancer le défi d’une grande randonnée itinérante sur plusieurs mois. Je pense à la traversée de la Nouvelle-Zélande à pied, par exemple. Voyager en Inde aussi ! Et faire un safari en Afrique, dans le respect des animaux bien entendu. Je pense que l’Afrique de manière générale, c’est le continent qui m’appelle pour la suite !

 

Après Londres, Sarajevo, etc… Où voudrais-tu vivre dans les prochaines années ?

C’est le gros point d’interrogation du moment, même s’il se précise. À trop avoir le choix, on finit par ne plus savoir où donner de la tête (#FirstWorldProblem). Je crois que  je vais revenir à mes premières amours à Londres en 2019 cependant.

Interview Nastasya - Comment devenir freelance - Rédactrice web en voyage

 

Te vois-tu changer de mode de vie à l’avenir ?

Peut-être. Mais pas tant que je ne suis pas prête. Alors j’essaye de m’écouter. Si le fait d’être basée à Londres se concrétise et que j’arrive à la fois à financer la vie sur place et quelques voyages durant l’année, ce sera parfait. Mais si ce petit retour à la sédentarité ne me convient pas finalement, et bien… je repartirai ! J’ai bien trop d’idées d’autres lieux où me poser de toute manière (Roumanie, Mexique, Maroc, etc.), donc ce ne sera pas un souci héhé !

 

Il y a peu, tu as sorti un livre électronique « Comment devenir freelance ? », peux-tu nous en parler ? 

J’ai décidé d’écrire ce livre pour répondre aux nombreuses questions que je recevais des lecteurs du blog par rapport au fait de devenir freelance et voyager plus. Il devenait difficile de détailler les choses par mail, alors j’ai décidé de partager mon expérience et comment je me suis lancée comme freelance dans ce livre !

Comment devenir Freelance ?

 

Pourquoi avoir voulu écrire un livre sur cette thématique ?

Parce que tu m’aurais dit il y a 4 ans que je finirai par devenir rédactrice freelance et que cela me permettrait de voyager dans le monde entier, je ne t’aurai pas cru ! « Moi ? Mais comment ? Je ne sais rien faire, je ne suis pas légitime, et qui va être prêt à payer pour mes services ? Quel service, d’abord ? », tu vois le topo. Alors qu’avec une bonne méthode étape par étape, c’est tout à fait possible. C’est pourquoi j’ai vraiment axé ce livre pour répondre aux requêtes des personnes qui veulent se lancer, mais qui ne savent pas du tout par quoi commencer. Quelle activité choisir ? Où trouver ses futurs clients ? Quoi leur dire et comment démarcher efficacement ? Comment établir ses tarifs, se déclarer, et trouver un équilibre entre boulot et vie nomade, car ce n’est clairement pas évident. Avec les exercices pour passer à l’action à la fin de chaque chapitre, tu as normalement toutes les billes en main pour y arriver aussi. C’est l’objectif !

 

Si tu devais donner un seul conseil à une personne souhaitant vivre la même aventure que toi, de travailler et de voyager, quel serait-il ?

D’arrêter de croire que c’est possible pour les autres, mais pas pour soi. J’entends trop de personnes me dire qu’elles rêvent de ce mode de vie, mais qu’elles ne peuvent pas parce qu’elles ont toujours une bonne raison : je suis seul, je suis en couple, je suis trop jeune, je suis trop vieux, j’ai des enfants, j’ai un prêt immobilier, j’ai pas fait d’études, etc. Par définition, nous avons TOUJOURS une bonne raison de ne pas se lancer. Alors, autant dépasser ça tout de suite, se donner les moyens et foncer. Tous ceux qui y arrivent sont passés par là.

 

Un lien vers l’un ou plusieurs de tes réseaux que tu souhaites partager ?

Vous pouvez me retrouver sur mon blog Valiz Storiz, où  je partage mes voyages, bien entendu. Mais où j’aborde surtout le fait de réaliser ses rêves et de dépasser les différents blocages pour y arriver. Je suis une inconditionnelle d’Instagram également : @valizstoriz ! C’est là où j’aime distiller photos et stories drôles pour donner à chacun le peps et l’envie de se bouger pour se réaliser !

 

Travailler et voyager en même temps

 

Merci Nastasya pour le partage de ton expérience sur ce monde du digital nomadisme et de la rédaction web en voyage, de pouvoir mieux comprendre que travailler et voyager en même temps est bel et bien possible, et surtout de montrer qu’il est possible de changer de vie avec de la volonté.

Je te souhaite de belles prochaines aventures et surtout de beaux contrats à venir pour continuer à vivre de ta passion.

Pin It on Pinterest

Share This